Claudius Alvarez



 
Recevez 100 points dès votre inscription en incarnant un TEMPIUS ou un ANDROÏDE !

Partagez|

Claudius Alvarez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Claudius Alvarez
MessageSujet: Claudius Alvarez Lun 26 Oct 2015 - 14:22

avatar
M E M B R E
Compétences : Sceptique

ALVAREZ CLAUDIUS



Identité
▬ NOM : Alvarez
▬ PRÉNOM : Claudius
▬ SURNOM : Claud
▬ SEXE : ♂
▬ ÂGE : 38 ans
▬ DATE DE NAISSANCE : 5 mars 2964
▬ ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle avant la contamination, étrangement variable depuis la contamination
▬ ORIGINES : Hispaniques
▬ LANGUES PARLÉES : Français, Espagnol, Anglais fonctionnel
▬ GROUPE SANGUIN : B -


Rôle
▬ CLASSE : Ölokoge
▬ STATUT : Contaminé
▬ RANG : Aventurier (anciennement chercheur de remèdes)
▬ MÉTIER : Aventurier
▬ ARMES : [Permis A, B et D] Pistolet semi-automatique [Chargeur de 12 balles], Pistolet à canon scié [Chargeur de 2 balles], Couteau de chasse.




Icons






Personnage


▬ QUALITÉS : Esprit analytique – Pragmatique – Maîtrise de soi
▬ DÉFAUTS : Isolé – Abrupt – Pessimiste

▬ COULEUR DE CHEVEUX : [] Blond [] Châtains clairs  [] Châtains foncés  ☑ Bruns [] Coloration
▬ LONGUEUR DE CHEVEUX : [] Courts  ☑ Mi-Longs  [] Longs
▬ TYPE DE CHEVEUX : [] Bouclés  ☑ Ondulés  [] Lisses [] Crépus [] Perruque


▬ YEUX : [] Bleus [] Gris  [] Verts  ☑ Marrons [] Lentille de contact colorées
▬ TAILLE : [] Très petite [] Petite  [] Moyenne  ☑ Grande [] Très grande
▬ CORPULENCE :  ☑ Équilibrée [] Menue [] Mince  [] Maigre [] Grosse [] Élancée [] Musclée [] Costaud

▬ VÊTEMENTS : : Nul excentricité dans les tenues de Claudius. Sobriété et discrétion sont de mise. Pour les expéditions, il troque ses vêtements de civil pour des combinaisons plus confortables, plus adaptées.




▬ PÈRE / MÈRE : Manuel Alvarez [disparu], Julia Baptista [décédée]
▬ FRÈRE(S) / SŒUR(S) : Aucun(e)
▬ ANIMAL DE COMPAGNIE : Aucun
▬ LIEU DE RÉSIDENCE ACTUEL : Quartier Résidentiel
▬ FORTUNE : [] Riche ☑ Plutôt riche [] Normal [] Plutôt pauvre [] Pauvre

Pour les vieux du gosse, on va faire court. Son père a disparu au glas de ses trois ans : était-il tout simplement parti rejoindre une maîtresse ou était-il devenu un macchabée de plus dans les bas-fonds de la ville ? Ça, l'histoire ne le dit pas. Sa mère, elle, fût bêtement assassinée par un contaminé en rogne dans son propre commerce lorsque Claudius atteint ses seize ans. Elle était coiffeuse. Le malade lui avait ouvert la gorge avec de petits ciseaux avant de lui bouffer la moitié du visage. Pas le genre de mort paisible qu'on cite lors des funérailles. C'est plutôt un discret : « Qu'elle repose en paix. » qui fût prononcé. Paré pour la suite ? On plonge.

Claudius rejoignit les Ölokoges et s'abîma dans les études et le travail. Ce qu'on ne peut pas oublier, on l'enterre sous d'autre chose. Ci-dit, un emploi du temps surchargé. D'un point de vue extérieur, on pourrait facilement dire que la vie d'Alvarez fut constituée d'une suite d'échecs merdiques. Malgré toutes les heures passées au labo, jamais il ne réussit à trouver un remède au DC-01. Il fréquenta une jolie femme, Isabelle, pendant 5 ans. Elle voulait un enfant, lui n'en voulait pas. Elle voulait du temps de qualité en couple, il ne lui en donnait pas. Ça se termina abruptement à l'aube de ses 35 ans et il redoubla d'ardeur dans son travail pour repousser le chagrin et les mauvaises pensées. Pas le temps pour ces conneries, faut sauver l'humanité.

Puis, il y eût la mort d'un de ses proches collègues de travail, le vétéran qui lui avait tout appris ou presque. Son corps fût retrouvé dans le quartier abandonné, criblé de balles. Pas moyen de mourir avec dignité dans ce monde de brutes. Claudius fit ce qu'il savait faire de mieux, soit bosser quatre fois plus pour ne pas penser, pour s'éreinter. Et c'est là, précisément, que ce qui nous intéresse commence.

▬ 3001 - Vendredi, 20:14, 10 août - Réserve Ölokoge :

Le dernier à quitter le labo, c'était toujours lui. Tous les recherchistes avaient depuis longtemps déserté les éprouvettes, mais Claudius s'acharnait encore au-dessus du microscope. Tout l'étage était silencieux, le réfectoire vide. Alvarez s'acharnait à la tâche depuis plusieurs jours, tant et tant qu'il n'en pouvait plus compter les nuits d'insomnie, les repas manqués et la fatigue accumulée. Son accident fût tout bête : il transvidait une solution dans un bécher lorsqu'un malaise le happa soudainement. Un moment il tentait de se rattraper sur le coin du comptoir, l'instant d'après il s'écroulait sur le sol. Le récipient tomba à sa suite, éclata sur son visage, tailladant sa peau de multiples petites stries rouges. Le contenu du bécher, à savoir du sang contaminé dilué dans d'autres substances en test censé le neutraliser, se mélangea au verre brisé et à ses plaies ouvertes.

Merde, vous vous attendiez à quoi ? Une poursuite épique se solvant par la morsure d'un de ces tarés, amputation ratée et cris de souffrances ? La vie est une série de mauvaises blagues et Claudius en était ce soir le dindon de la farce. Il se releva en panique, trébuchant dans les filets de son vertige, tenta de s'essuyer le visage avec frénésie. Les entailles n'étaient pas grandes, ni très profondes, mais elles étaient nombreuses et elles saignaient. On est malchanceux ou on ne l'est pas. La partie crédule de son esprit voulu croire qu'il y avait une infime chance que la contamination ne soit pas efficiente pour une si petite dose d'éclaboussure. L'autre partie, réaliste, savait fort bien qu'il portait désormais en lui le virus. Il en était à se débarrasser de son sarrau souillé quand Marina, une collègue de travail, pénétra dans le labo, certainement attiré par le bruit. Leurs regards se croisèrent : celui, affolé, de Claudius et celui, circonspect, de Marina.

- J'ai été contaminé, lâcha-t-il bêtement, sous le choc, sans réfléchir
- Quoi ?
- La solution sur laquelle j'ai bossé aujourd'hui... j'en ai eu dans la figure.

Les yeux de sa collègue s'écarquillèrent lentement et Alvarez compris qu'il avait peut-être fait, ou dit, la pire connerie de toute sa vie. Marina et lui se connaissait depuis longtemps mais il s'attendit à la voir partir en courant pour alerter toute la réserve. Au lieu de quoi, elle se ressaisit, s'approcha de lui et lui balança un chiffon attrapé près de l'évier.

- Aide-moi à nettoyer tout ce bazar, ensuite on ira chez moi.

Claudius était trop abasourdi pour protester. Il se mit en action, la tête prête à exploser sous le nombre incalculables de spéculations qui lui venait. Allait-il crever ? Et si oui, nettoyer une putain de flaque de sang et des morceaux de verre serait-il son dernier acte sur cette Terre ? Merde alors, tu parles d'un geste d'au revoir. Chose faite, le duo fila vers le quartier résidentiel. Les premiers signes de la pré-contamination secouèrent le chercheur alors qu'il sortait de la bouche du métro. C'était moins une. Lorsque Marina ferma la porte de l'appartement, Alvarez fût secoué des premiers spasmes musculaires. La nuit fût un véritable calvaire mais, aux premières lueurs de matin, Claudiaus était vivant... et il ne sut pas si c'était une bonne chose.

▬ 3001 - Samedi, 9:20, 11 août - Appartement de Marina :

Marina lui tendit le combiné, le regard sévère.

- Appelle à la réserve, demande un congé de maladie, ordonna-t-elle
- Marina...
- Ils ne pourront pas te le refuser. Dis que tu as besoin de repos. Ils comprendront... le professeur est mort il y a peu, c'est un facteur qu'ils prendront en compte.
- Tôt ou tard on va s'apercevoir de mon état...

Sa collègue composa elle-même le numéro et lui fourra le téléphone dans la main. Claudius n'eût pas vraiment à jouer la comédie, il était vraiment mal en point et cela s'entendait dans sa voix. Un congé d'une semaine lui fût accordé : il le méritait bien, après toutes ces années de loyaux services.

Marina était dresseuse à la réserve, aussi possédait-elle un immense chien noir qui semblait être la copie conforme du genre de cabot que le Diable en personne aurait possédé. Trapu, mauvais, yeux jaunes. Il se couchait dans un coin de l'appartement et les observait intensément. Marina veilla Alvarez toute la fin de semaine et elle fût là lorsqu'il franchit la deuxième étape de la contamination, le dimanche soir. Elle lui enfonça un torchon dans la bouche pour éviter qu'il ne se morde la langue, tint son corps parcouru de spasmes et lui parla doucement pour éviter à sa conscience torturée d'être complètement ensevelie sous les vagues de douleurs et de folies. Aube du lundi. Claudius vivait toujours.

▬ 3001 - Mercredi, 15:33, 14 août - Appartement de Marina :

Alvarez supplanta rapidement le stade de nouveau-né. Il n'avait pourtant pas grand chose à quoi s'accrocher. Il faut croire que l'entêtement seul et l'excellent contrôle qu'il avait sur sa personne jouèrent pour beaucoup. L'adaptation ne fut pas si simple pour autant. Marina le laissa enfermé à double tour dans l'appartement en compagnie de son clébard. Trois jours, isolé. Trois jours.

Claudius eût rapidement faim, très faim. Se laver le cerveau sur TVP1 ne suffit bientôt plus à détourner son attention. Il tournait rond comme un animal en cage et, bientôt, le gros chien noir se mit à aboyer. Il sentait tout le mal qui se déployait dans le corps d'Alvarez, la maladie qui dépliait ses tentacules sombres pour habiter toute les parcelles de son esprit. Claudius n'endura pas longtemps le cabot et se tourna vers lui, envahi par une vive émotion de colère.

- TU VAS FERMER TA GRANDE GUEULE, OUI !?

C'était puissant, ravageur, incontrôlable. Le sentiment de haine explosait en lui de façon si soudaine, si crue. Incapable de se retenir, aveuglé par une soudaine hystérie, il se jeta sur l'énorme chien noir. Le molosse l'esquiva en couinant et couru se réfugier dans la chambre de sa maîtresse. Claudius l'y suivit, tenta de lui attraper une patte avant qu'il ne file se cacher sous le lit. Alors Alvarez poussa le lit, le poussa jusqu'au mur, comme s'il s'agissait d'un bloc de mousse. La structure du mobilier lui sembla ridiculement légère et lui, il se sentit ridiculement fort. Le chien resta obstinément tapis sous le matelas.

- Viens, sale clebs, viens ! On va jouer.

Eh merde, c'était quoi cette voix ? Claudius s'entendit parler sans reconnaître les intonations qu'il employait. On aurait dit un malade mental dans un hospice de fou. Gifle sur la conscience. Il recula brusquement, poussé vers l'arrière par la simple réalisation de ce qu'il était en train de faire, par l'envie sadique qu'il éprouvait, et se réfugia sur le mur d'en face, haletant.

Il attendit, se calma. Un peu. Lorsqu'il eût arrêté de trembler, il décrocha le combiné sur la table de chevet et composa le numéro central de la réserve Ölokoge. Il demanda Marina. On le transféra. Attente interminable... clic.

- Oui ?
- Marina... croassa-t-il
- Claudius ? Qu'est-ce qui se passe ?

Silence.

- Ton chien... faut l'emmener avec toi, au travail. Faut l'emmener.
- Claudius, je ne comprend rien à ce que tu racontes, parle plus fort.
- Ton chien.
- Il est malade ?

Il explosa de nouveau.

- NON C'EST MOI QUI SUIS MALADE, EMMÈNE TON PUTAIN DE CHIEN AVEC TOI OU JE LUI DÉCHIRE SA RACE !

Nouveau silence au bout du fil. Alvarez redescendit doucement, étonné par sa propre fougue. Sous le lit, les yeux jaunes et luisants de l'animal le fixait avec insistance. La voix de Marina se fit lente, calme, mais ferme. En arrière-plan, on devinait son appréhension et toute la tension contenue.

- Claud... où est le chien ? demanda-t-elle
- Dans la chambre, sous le lit.
- Bien. Maintenant, toi, où es-tu ?
- Je suis dans la chambre.
- D'accord. Écoutes-moi Claudius. Quand tu vas raccrocher ce combiné, je veux que tu sortes de la chambre et que tu fermes la porte derrière toi. Laisse le chien à l'intérieur et n'ouvre plus cette porte sous aucun prétexte.
- ... J'ai faim.
- Prend mes rations, elles sont dans le réfrigérateur.
- Tout goûte la merde Marina. J'ai juste... j'ai tellement faim, tu ne peux pas savoir comment je crève la dalle. J'ai faim Marina.

Sa voix se faisait presque suppliante. Troisième silence au bout du fil.

- J'entend ce que tu me dis, repris calmement sa collègue. Je vais t'apporter quelque chose de plus conséquent. Mais tu dois sortir de cette chambre et fermer derrière toi, d'accord ? ... Claudius, d'accord ?
- D'accord.

Clic. Il sortit et ferma derrière lui.

▬ 3001 - Mercredi, 18:05, 14 août - Appartement de Marina :

Marina lui avait apporté un rat de labo. Un putain de rat. Claudius regardait l'animal dans sa main. Il était agité, couinait un peu, comme s'il savait ce qu'il l'attendait.

- Tu veux que je bouffe... ça ?
- Tu sais comme moi que c'est ce dont tu as besoin.
- Oh merde Marina... n-ne regarde pas.

Sa collègue s'éloigna, alluma la télévision, fit semblant qu'elle était absorbée par cette unique et même chaîne abrutissante. Alvarez regarda longuement le petit corps de l'animal se débattre veinement entre ses doigts, appréhender le moment... il se décida enfin à briser sa nuque fragile avec une grimace. Étrangement, ce geste éveilla un nouvel instinct prédateur en lui. Ses pupilles se dilatèrent et, sans plus penser, il arracha la tête du rat avec ses dents.

Ça craint, ça craint. C'était bon, il aimait ça, IL AIMAIT ÇA ! Mais la vue du rat décapité fût insupportable pour son cerveau conditionné depuis 37 ans à trouver cette image repoussante. Il eût un haut-le-coeur et dégobilla ses tripes sur le sol. Marina accouru sur le champ, lui reprit le corps du rat flasque pour l'enrober dans un sac plastique et fit s'asseoir Claudius sur le canapé.

- Oh merde, oh merde... répétait-il laconiquement comme une prière
- C'est pas grave, c'est pas grave, répétait-elle de son côté pour la rassurer

Elle nettoya le plancher, revint près de lui. Pour la première fois depuis tout ce gros merdier, il pleura. Quelques larmes, profond sentiment d'injustice se mêlant au désespoir. Elle lui frotta délicatement le dos, l'observa avec empathie.

- Marina... finit-il par éructer douloureusement, pourquoi est-ce que tu fais tout ça ?
- Parce que j'ai encore foi en l'humanité... et que tu es mon ami.

Alvarez leva vers elle un regard profondément troublé et abattu.

Ils couchèrent ensemble cette nuit -là. Claudius en avait besoin. C'était aussi essentiel que ce besoin primaire de combler cette faim inextinguible. Il fût plus brusque qu'il ne l'aurait souhaité mais Marina ne protesta pas. C'était pour le soulager, c'était pour l'aider. Et ils n'en reparlèrent jamais.

▬ 3001 - Lundi, 10:01, 19 août - Réserve Ölokoge :

- Alors si je comprend bien... vous souhaitez devenir Aventurier car vous en avez marre de bosser en labo ?

Claudius acquiessa. Son supérieur haussa un sourcil dubitatif.

- Vous savez comment c'est à l'extérieur, hésita-t-il, c'est pas joli, joli. Et puis après ce qui est arrivé au professeur dans les bas-fonds dernièrement... vous êtes certain de votre décision ?
- Oui.
- Hum... après tout, vous maniez bien les armes. Et vous ne serez pas seul sur le terrain. J'enverrai Marina avec vous, elle a déjà fais plusieurs sorties, elle sait comment s'y prendre. C'est bon, je vous signe ce changement de poste.
- Merci monsieur.

Alvarez allait se lever quand l'homme devant lui claqua de la langue contre son palais. Il n'avait pas terminé.

- Claudius, dites moi franchement... on s'inquiète pour vous, ici. Vous avez pas l'air dans votre assiette.
- J'ai juste... besoin de changement. Je suis fatigué, plaida-t-il faiblement en soutenant le regard inquisiteur de son patron
- Besoin de risquer votre vie en tant qu'Aventurier ?
- Besoin de sentir que j'avance. Ici, mes recherches n'aboutissent à rien. Je dois me réorienter.
- Vous vous défendez plutôt bien, fit cyniquement son interlocuteur en se calant sur sa chaise. Soit ! Cette autorisation sera signée, vous pouvez disposez. Je viendrai vous voir pour vous dire quand vous commencez.

Claudius se leva, soulagé. Seigneur, il avait faim, tellement faim.

- J'ai joint mon numéro de résidence au dossier.
- Vous déménagez ? s'étonna son patron
- En appartement.
- Et moi qui croyait vous voir dormir dans les dortoirs jusqu'à la fin de vos jours !

Très drôle.

- J'ai vraiment besoin de changement.
- J'ai davantage l'impression que vous avez besoin d'être seul, répliqua l'homme en le scrutant

Ils se dévisagèrent. Alvarez fronça les sourcils.

- Bonne fin de journée monsieur.

-

C'est comme si Claud avait été prédisposé toute sa vie à faire face à la violente réalité des contaminés. Sitôt sur le terrain, Alvarez s'avéra être un Aventurier de talent au sang-froid imperturbable tant que ses instincts de nouveau prédateur ne s'en mêlaient pas. Claud n'avait pas eu le courage de renoncer à la vie après sa contamination. Car aussi merdique qu'elle était devenu, cette vie constituait toujours la petite flamme défiant les ténèbres, et cette seule perspective était suffisante pour le décourager de se livrer pieds et poings liés à la Grande Faucheuse.

Mais Alvarez restait légèrement suicidaire, à sa façon. Parce qu'il prenait des risques inutiles, parce qu'il insistait pour lancer des expéditions rapprochées, parce qu'il continuait de faire ce qu'il avait toujours fait : se plonger dans la spirale interminable du travail acharné. Mais était-ce seulement une question de boulot ? À ce stade, Claud se disait qu'il rendrait service à la population s'il claquait sur le terrain, buté par un quelconque fils de pute ou dévoré par plus fort que lui. Un contaminé en moins, c'est une souche virale qui cesse de menacer un citoyen lambda. D'un autre côté, tant qu'il vivrait et qu'il serait fonctionnel, Alvarez avait bien l'intention de se dévouer corps et âme à la recherche d'un remède en foulant les endroits que d'autres ne voulaient ou ne pouvaient pas fouler. Il en était capable, maintenant. Il n'avait plus rien à perdre. Il se sentait tourmenté, affamé, certes, mais ô combien plus fort qu'avant, ô combien plus aiguisé...

Et cela fût la constatation la plus troublante. Cette plaie de DC-01 lui faisait lentement apercevoir, à doses discrètes, les avantages certains qu'elle octroyait à son corps. Puissance, rapidité, sens plus affûtés. Mais les désavantages étaient trop nombreux pour que Claud s'arrête à ces bénéfices. Il se refusait à les envisager, il se refusait à les comprendre comme étant utile. Merde, merde, merde !

Et puis, soyons francs : ces sorties sur le terrain, à savoir essentiellement les bas-fonds, lui permettait d'observer et d'enregistrer une réalité qui serait irrémédiablement la sienne, dans un futur rapproché. Alvarez prenait ses marques, ses repères. Parce qu'il voyait venir de loin la date butoir où son secret serait révélé aux yeux de tous.

Il était devenu un putain de contaminé. Et si l'espoir de se soigner un jour, lui et les autres, était ridiculement mince, il ne devait pas arrêter de chercher. Il était devenu ce qu'il s'était efforcé de combattre pendant si longtemps... nous y étions donc, incontestablement : il lui faillait combattre le Mal par le Mal.






Détails
▬ AMBITION(S) DANS LA VIE : Avant sa contamination ? Éradiquer le DC-01, le mal de leur siècle. Après sa contamination ? Qu'est-ce que vous croyez ! Éradiquer le DC-01.
▬ SES RÊVES : Claudius n'est pas un rêveur, c'est un bourreau de travail qui se donne très peu de temps pour penser à l'avenir. Tout ce qu'il souhaite, c'est de combattre le feu par le feu, annihiler ce virus de merde, retrouver sa santé, et tout ça avant de claquer si c'est possible.
▬ MEILLEUR SOUVENIR : L'enfance, puisque l'insouciance est le meilleur gage du bonheur aveugle.
▬ MAUVAIS SOUVENIR : Alors là... la liste est longue. Mais le plus mauvais de tous, l'incontestable moment, est celui de sa contamination. Comment imaginer pire, sérieusement ?
▬ SES PEURS : Mourir sans rien laisser derrière. Avoir donné tout ce qu'il avait pour n'obtenir aucun résultat. Claudius est un pessimiste, il est vrai, mais profondément ancré en lui, il y a de l'espoir, une toute petite parcelle de lumière qui désire et qui espère. Alvarez ne veut pas voir l'horreur avoir raison de cette dernière flamme qui l'anime, il se battra jusqu'au bout et il crèvera debout.
▬ PARTICULARITÉS : Physiquement, rien ne détonne particulièrement. Pas de piercings, de cicatrices, de tatouages, rien. Au niveau psychologique, tout ce qui tranche avec le reste sont les particularités qu'amène la contamination, mais vous les connaissez. ''J'ai faim.'' ''J'veux baiser.'' ''J'vais te tuer.'' On ne réinvente pas la roue !
▬ PERMIS D'ARMES : Permis A, B et D


Opinions
▬ CE QU'IL PENSE DU DC-01 : Une saloperie qu'il s'évertue à endiguer depuis des années, une saleté qui fait désormais partie intégrante et intime de son quotidien puisqu'il la porte en lui... Quelle ironie. S'acharner à démolir quelque chose toute sa vie durant pour finalement se l'approprier.
▬ CE QU'IL PENSE DE L’ÉTAT PARISIEN : Claudius est un homme qui rentre bien dans le moule (du moins, c'était le cas avant sa contamination). S'il n'est pas du genre à faire des remous ou à s'insurger publiquement, il ne reste pas moins conscient et suspicieux de ce qui se trame dans les filets de l'État. Conformiste en apparence, mais loin d'être stupide.
▬ CE QU'IL PENSE DE PARIS : On fait avec ce qu'on peut. Pour critiquer de façon constructive, il faut avoir des idées, du changement à proposer. Et Claudius n'a pas le temps de jouer aux architectes ou au ministre de la défense. Lui, il bosse. Lui, il s'occupe de ce putain de virus. Alors ne venez pas l'emmerder avec vos discours sans fin qui critique le système si vous n'avez pas de concret à lui donner.
▬ CE QU'IL PENSE DES WRISTS : Le besoin constant de défier l'autorité est inscrit dans les gênes au même titre que le besoin de s'alimenter. Si Claudius n'est pas un contestataire dans l'âme, il n'est pas pour autant un soumis. Comme tout le monde, il a des critiques à faire sur les Wrists, mais il les garde pour lui...
▬ CE QU'IL PENSE DES CHIMÈRES : Eh merde. C'est l'homme qui a créé le DC-01 avec leurs conneries au nucléaire, c'est l'homme qui a créé les chimères en jouant à Dieu avec les modifications génétiques. Faudrait arrêter de se plaindre et accepter le fait qu'on est des connards à intervalles dangereusement rapprochées. Claudius n'a pas participé personnellement à leur élaboration, mais il n'en n'est pas moins responsable pour autant. Il ne s'empêche pas de les voir d'un oeil différent, parce qu'il déteste enterrer la réalité des choses telles qu'elles sont sous un amas de mensonges et de faux-semblants, mais il se montre conciliant à leur égard.
▬ CE QU'IL PENSE DES KATARS : Il faut combattre le mal par le mal, voilà un adage qu'il emploi couramment. Claudius ne cherche pas à en savoir davantage sur les Katars, mais il est convaincu qu'il faut un poids de l'autre côté de la balance pour équilibrer les forces. Tout régime totalitariste a besoin de dissidents, toute forme de pouvoir a besoin de contestataires, c'est comme ça, et ce n'est certainement pas lui qui y changera quelque chose.
▬ CE QU'IL PENSE DES TEMPIUS : Claudius est un terre à terre, un rationaliste, un réaliste (bref, appelez ça comme vous voulez), ce qui fait qu'il exècre amèrement tout ce qui se rapporte à la religion ou au spiritisme, de près ou de loin. Il n'aime pas se voiler la face, trouvez des excuses : le virus, la mort, la désolation, ça leur appartient, les Hommes en sont responsables. Les Tempius pourront mettre cette responsabilité sur le dos d'autant de dieux qu'ils voudront si ça leur chantent, la réalité n'en reste pas moins inchangée. Les Tempius sont, pour Alvarez, l'incarnation déplorable de la pire forme d'hypocrisie qui soit.
▬ CE QU'IL PENSE DES ÖLOKOGES : S'il en fait partie, c'est qu'il en pense forcément du bien. Enfin... rien n'est tout noir ou tout blanc. Claudius en a long à redire sur certaines de leurs pratiques, surtout sur la création des chimères. Mais lui, il oeuvre pour le Bien, même si ça implique de bosser dans les bras du Mal.



IRL

▬ TON SURNOM/PRÉNOM : Meeeh... je suis québécoise, ça semble suffire à certains !
▬ TON ÂGE : 20 ans
▬ TA COULEUR PRÉFÉRÉE : Celle de tes yeux
▬ TON LIVRE PRÉFÉRÉ : Le Petit Prince (Quoi ? Un mouton et une rose, qu'est-ce que tu veux de plus dans la vie ?)
▬ TON(A) FILM/SÉRIE PRÉFÉRÉ(E) : Grosse fan perdue de LOTR
▬ COMMENT AS-TU DÉCOUVERT DC-01 ? J'ai erré pendant des heures sur les top-sites et je vous ai trouvé ! (et j'en suis très heureuse)
▬ PERSO. ILLUSTRATEUR DE TON AVATAR : J'sais plus...
▬ UN COMMENTAIRE PARTICULIER ? CE FORUM DÉCHIRE TOUT, MÊME TON ANU- ... *tousse*
▬ CODE PRÉSENTATION : CODE VALIDE - LOU'PE
 
Lou Meister
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Lun 26 Oct 2015 - 16:59

avatar
S T A F F
Compétences : COMBAT
Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuue ♥ Pour tes dernières interrogations, je signale joyeusement que je t'ai répondu ! :D
Si ce sont les détails qui te manquait pour ta présentation, saches que tu les as désormais :D

Bonne chance pour la fiche et n'hésites pas à me harceler \o/

••••••••••••••••••••••••

Lou intimide en royalblue
Invité
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Lun 26 Oct 2015 - 18:34

avatar
Invité
Bienvenue à toi autre Québécois qui a agrandit nos rangs! Patience, un jour les Québécois gouverneront ce forum. *sort en douce comme Corydalis*
Drack
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Lun 26 Oct 2015 - 19:03

avatar
S T A F F
Compétences : Gangtérisme
Re-bienvenu officiellement!!

••••••••••••••••••••••••

Cicatrices visible:
 


Drack vous arrache le bras en #009900
Claudius Alvarez
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Lun 26 Oct 2015 - 20:08

avatar
M E M B R E
Compétences : Sceptique
Merci, merci, vous êtes trop aimables, je meurt sous l'amour et la tendresse ! *distribue des biscuits* Coeur
May Amaro
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Lun 26 Oct 2015 - 20:23

avatar
NON-JOUEUR
Compétences : Fight the fairies!
Le Petit Prince et LOTR...Quoi de plus effectivement? 8D

Bref, bienvenue à toi! De ce que j'ai lu, j'adore ton perso en tout cas, même si mes raisons sont parfaitement impartiales et que tu vas pas rester très longtemps...°°

Bon courage pour ta fichette, en espérant que tu te plaises parmi nous~~ Coeur

••••••••••••••••••••••••

Armen E. Castel
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Lun 26 Oct 2015 - 20:34

avatar
M E M B R E
Compétences : Hum... Concentrée
Je viens de te dire bienvenue sur la CB mais on va dire que je le fais officiellement 8D
Donc... BIENVENUE
En plus, un collègue ölokoge ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥ Coeur
Ouais bon, d'accord, j'arrête.

En tous cas, son histoire est vachement intéressante de ce que j'en sais *^* Hâte de voir la fiche terminée !
Bon courage ! \o/
Invité
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Lun 26 Oct 2015 - 22:42

avatar
Invité
Je rejoins mon professeur pour te souhaiter... Bienvenuuuue ! =D

Yeay ! Un Ölokoges de plus ! On va planter des roses partouuut ! O.O
Et pis... et pis... On va faire de l'éco-terrorisme... Et pis... Hein ? Que je la ferme ? OK ! ^-^

Bon courage pour ta fiche et ta validation ! =P
Lou Meister
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Mar 27 Oct 2015 - 12:15

avatar
S T A F F
Compétences : COMBAT
A CORRIGER
Toute l'histoire m'a plu. Très riche, très bien expliqué, j'ai beaucoup aimé l'étape de la contamination, ce qu'il traverse ressent entre le virus et sa propre conscience, c'est très intéressant et enrichissant !
Malheureusement un minuscule détail du début m'empêche de procéder à la validation : la contamination de Claudius.
En effet c'est la salive d'un contaminé au contact du sang qui contamine. Si tu veux être contaminé par le sang d'un contaminé, il faut que ce sang contaminé soit en contact avec le sang de ton personnage, une plaie. Il pourrait s'être coupé par fatigue sans faire exprès et être tombé dans les vapes par exemple, Marina l'aurait trouvé là et ainsi de suite. (cf. http://dc-01.jimdo.com/dc-01/la-contamination/)

Corrige ce détail comme tu l'entends et la validation ne posera aucun soucis ♥

Je passe ton titre en orange signe que la correction est à faire, n'hésites pas à le repasser en vert pour que je puisse repasser :D
   

••••••••••••••••••••••••

Lou intimide en royalblue
Claudius Alvarez
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Mar 27 Oct 2015 - 13:34

avatar
M E M B R E
Compétences : Sceptique
Vouala, Ô Grand Maître Validateur \o\

J'ai changé pour : '' il transvidait une solution dans un bécher lorsqu'un malaise le happa soudainement. Un moment il tentait de se rattraper sur le coin du comptoir, l'instant d'après il s'écroulait sur le sol. Le récipient tomba à sa suite, éclata sur son visage, tailladant sa peau de multiples petites stries rouges. Le contenu du bécher, à savoir du sang contaminé dilué dans d'autres substances en test censé le neutraliser, se mélangea au verre brisé et à ses plaies ouvertes.

Merde, vous vous attendiez à quoi ? Une poursuite épique se solvant par la morsure d'un de ces tarés, amputation ratée et cris de souffrances ? La vie est une série de mauvaises blagues et Claudius en était ce soir le dindon de la farce. Il se releva en panique, trébuchant dans les filets de son vertige, tenta de s'essuyer le visage avec frénésie. Les entailles n'étaient pas grandes, ni très profondes, mais elles étaient nombreuses et elles saignaient. On est malchanceux ou on ne l'est pas. ''

J'espère que ça passera D:

Sinon n'hésite pas à me fouetter pour mon incohérence /PAN/.
Loki Jørgensen
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Mar 27 Oct 2015 - 14:02

avatar
S T A F F
Compétences : COMBAT RAPPROCHE
Validation OK !


Dans ce cas ça me va ! BIENVENUE A TOIIIIIIIIII :D Comme je te kl'ai dit l'histoire est vraiment bien écrite, j'étais à fond dedans *^*. Très riche et détaillée sur les comportements, j'adore :D
Bienvenue
Bravo tu viens d'être validé(e), tu vas pouvoir commencer à RP sur le monstrueux forum DC-01. Tu vas pouvoir commencer à naviguer comme bon te semble sur le forum et surtout te faire des compagnons de fortune !

Je te souhaite toute la survie du monde face à ton futur peu sûr.
Le Staff de DC-01 Coeur

Les liens utiles
Règlement
Résumé du contexte
Recueil des intrigues
Recenser son rang
Annexe du forum
Personnages Non-Joueurs
Staff
Demande de RP
Fiches de relations
Fiches complémentaires
Aide le forum et gagne des prix

••••••••••••••••••••••••

Je suis Loki et je parle en "darkviolet"
Claudius Alvarez
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Mar 27 Oct 2015 - 14:07

avatar
M E M B R E
Compétences : Sceptique
Youpiiii ! Merci ! danse

Je me ferai une joie de vous pondre plein de bébés rps 8D
Loki Jørgensen
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez Mar 27 Oct 2015 - 14:08

avatar
S T A F F
Compétences : COMBAT RAPPROCHE
Héhé pas de soucis ! On sera là pour les recevoir :D

••••••••••••••••••••••••

Je suis Loki et je parle en "darkviolet"
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Claudius Alvarez

Claudius Alvarez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Accueil
 :: Créer un personnage :: Fiches validées
-
Sauter vers: