Recevez 100 points dès votre inscription en incarnant un TEMPIUS ou un ANDROÏDE !

Partagez|

Akemi Asaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
MessageSujet: Akemi Asaki Ven 26 Sep 2014 - 0:24

avatar
Invité
IDENTITE
NOM : Asaki
PRENOM : Akemi
SURNOM :
ÂGE : 32 ans
DATE DE NAISSANCE : 2 octobre
ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel
CLASSE : Wrist
STATUT : Sain
RANG/METIER : Soldat
GROUPE SANGUIN  : -O
ARMES  : Deux pistolets et un couteau

RESUME HISTOIRE

«Akemi... Akemi pourquoi as-tu fait ça?! À quoi pensais-tu, connard?!»

La voix de ma mère me parvient à l'oreille comme si ce n'était qu'un vulgaire chuchotement. Elle avait beau me hurler dessus, rien n'y changeait. J'étais trop faible pour réagir, trop faible pour déchiffrer ses phrases, ses mots.

Je n'aurais jamais dû me rendre à cet endroit où j'avais failli y laisser ma peau. Avec un peu de chance, ils allaient me sauver. Avec un peu de chance, lorsque je sortirai de cet hôpital, où je prédisais déjà être obligé de passer beaucoup de temps, il me remarquerait. Et il se rendrait compte de la chance qu'il avait de m'avoir comme fils, même si je n'étais pas de son sang. Et l'autre hystérique qui me hurlait dessus alors que je ne pigeais que pouic à son charabia, elle allait cesser de me prendre en pitié, une fois pour toute, et m'apprécier en ma juste valeur : je n'étais pas un raté... si? ...

La mélodie abyssale de sa voix se dissipa peu à peu et ma vision s'assombrissait. Je m'abandonnai au noir total et à quelques souvenirs.

...

Je me rapellai à quel point j'étais le genre de gosse qu'aucun parent ne voulait avoir. Le genre qui gueule au moindre de ses caprices n'étant pas réalisé. Le genre qui fréquentait justement des gens pas très fréquentables. Le genre aussi qui, malgré ses efforts, n'arrivait jamais à rien. On pouvait dire que c'était ma façon à moi de rechercher l'attention de mon géniteur, que je n'avais jamais pu rendre fier.

Je me souvins également de cette phrase que je répliquais si souvent à ma mère, lorsqu'elle me sermonnait et me disait que "je ne faisais pas suffisamment d'effort à l'école et que cela pourrait nuire à mon avenir". «Ah oui, si je n'ai pas des notes suffisamment hautes pour aller à l'université, je risque de ne jamais trouver de travail? Eh bien! J'irai dans l'armée, chez les wrists. Au pire, les contaminés m'ouvriront le ventre et dévoreront mes tripes, hein? J'aurais servi à quelque chose au moins : de repas.» C'était sur cette phrase que notre conversation s'achevait, si elle ne me donnait pas une bonne claque derrière la tête, comme si cela pouvait me faire réaliser l'ampleur que pouvait prendre mes mots.

Puis, il y eut aussi cette discussion que j'avais surprise, quand je n'étais qu'un gamin. Un gamin trop jeune pour comprendre tout cela. L'homme qui aurait dû me servir de père plutôt que de pur inconnu vivant sous le même toit que moi semblait blâmer ma mère. Ce n'était pas la première fois, mais c'était la première fois que je prêtais attention à ces reproches qu'il lui lançait avec tant de mépris. Il lui disait qu'il n'avait jamais dû la laisser, "ce soir-là". "Ce soir-là", où visiblement bien des choses s'étaient passées. "Ce soir-là", où il avait dit qu'elle l'avait trompé avec un autre. "Ce soir-là" qui avait causé la venue au monde de "ce sale bâtard, cette erreur". "ce sale bâtard" qui lui donnait envie de l'abandonner, sans le moindre remords. Et c'était à ce moment-là qu'elle lui suppliait à genoux de rester, même s'il ne l'aimait plus pour avoir commis cette adultère. Chaque fois, il cédait à ses volontés.

J'étais trop jeune pour comprendre. Mais plus je gagnais en maturité, plus je réalisais ce qu'ils voulaient dire. "Ce sale bâtard", c'était moi. L'indifférence venant de lui à laquelle j'avais toujours eu droit jusqu'à présent, c'était dû au fait que je n'étais pas son fils, mais bien celui d'un autre homme qui avait eu une aventure avec sa femme. Sa femme qui avait catégoriquement refusé de se débarrasser de cet enfant.

Les souvenirs d'il ne devait y avoir que quelques minutes me revinrent ensuite, bien qu'ils furent encore bien obscurs. J'avais tenté le diable, sans doute pour la même raison que pour toutes les autres conneries que j'avais pu faire : attirer l'attention de ce connard qui n'en avait que faire de ce qui pouvait m'arriver. Je m'étais rendu aux quartiers abandonnés, seul. À la recherche d'un contaminé qui voudrait bien me blesser suffisamment. La suite des événements n'était que néant. J'étais peut-être tombé sur un de ces monstres et qu'il avait presque pu faire de moi un bon repas.

...

Mes yeux s'ouvrirent finalement. L'horrible blancheur des murs m'aveuglait presque. Je pris finalement conscience de l'endroit où je me trouvais : à l'hôpital, dans une chambre. J'étais sous perfusions. J'avais sans doute perdu beaucoup de sang, j'avais sans doute d'énormes blessures, mais la douleur, comme endormie, n'était pas présente. Ils avaient dû me droguer, ces types aux chemises blanches. Je vis ensuite ma mère, assise près de moi, l'air mi-pincé mi-inquiet. Encore faible mais avec mon sarcasme coutumier, j'articulai quelques mots, qui auraient dû suffire à lui arracher la moindre réaction, mais rien.

«T'as vu? Même les contaminés arrivent pas à bout de moi, haha... Il faudra que tu m'endures encore longtemps, n'est-ce pas?»

Quelques secondes passèrent avant que j'eus droit à une réponse de sa part. Je sentais toute l'inquiétude habitant encore sa voix, mais je n'osais pas le lui faire remarquer.

«T'es vraiment qu'un pauvre taré... Et t'as de la chance. Ils t'ont mordu. Ils t'ont mordu et ont tenter de te dévorer, et te voilà encore sain, selon les tests. À ce qu'ils disent, c'est que ton sang est immunisé contre le DC-01. Ton père doit se faire un sang d'encre, maintenant!»

Je rigolai faiblement, puis ne plaça plus le moindre mot, doutant qu'il s'inquiétait. Mais autre chose me tracassait. Moi, immunisé..? J'étais probablement de type -O et donc protégé de ce virus, comme j'avais vaguement entendu parlé. Une chose était certaine, c'était que dès que j'allais être rétabli, j'allais vérifier si ça n'avait été qu'un coup de chance ou si le fait que le DC-01 n'était pas en moi était réellement grâce à mon sang.

Moi, le gamin de 15 ans qui avait frôlé la mort, j'étais loin de me douter qu'un an après, dès mes 16 ans, j'allais abandonner mes études. J'allais décrocher pour la seule et unique raison que je m'étais découragé. J'allais m'enrôler dans l'armée, les wrists, le type de sang que je possédais me le permettant.

IRL
TON SURNOM/PRENOM : Isabelle
TON ÂGE : 15
PERSO. ILLUSTRATEUR : France de Hetalia
COMMENTAIRES : Merci de m'avoir autorisé à faire un double-compte! ME VOICI SOUS MA RÉELLE FORME!
Code de présentation : [code validé par Lou'pe]
Lou Meister
MessageSujet: Re: Akemi Asaki Ven 26 Sep 2014 - 11:44

avatar
S T A F F
Compétences : COMBAT
(re)Bienvenue Shirley ! J'adore France de APH xD J'ai pas encore lu, mais au moins je valide ton code °^° !
C'est cool qu'il y est un Wrist ça remonte la barre °^° !

••••••••••••••••••••••••

Lou x Armen

Invité
MessageSujet: Re: Akemi Asaki Dim 28 Sep 2014 - 22:12

avatar
Invité
Validation OK !



Je suis l'administrateur qui t'a validé : Hatsue Kyoku

Rien à dire, niquel. A jusqu'à Z. Re-bienvenue sur le forum petite chose avec un bracelet aux poignets.
Bienvenue
Bravo tu viens d'être validé(e), tu vas pouvoir commencer à RP sur le monstrueux forum DC-01. Tu vas pouvoir commencer à naviguer comme bon te semble sur le forum et surtout te faire des compagnons de fortune !

Je te souhaite toute la survie du monde face à ton futur peu sûr.
Le Staff de DC-01 Coeur

Les liens utiles
Règlement
Résumé du contexte
Recueil des intrigues
Recenser son rang
Annexe du forum
Personnages Non-Joueurs
Staff
Demande de logements
Demande de RP
Fiches de relations
Fiches complémentaires
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Akemi Asaki

Akemi Asaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Hors-RPG
 :: Archives :: Archives des fiches :: Présentations
-
Sauter vers: