Recevez 100 points dès votre inscription en incarnant un TEMPIUS ou un ANDROÏDE !

Partagez|

L'électrisant Vivaldi Ventus, pour vous servir !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
MessageSujet: L'électrisant Vivaldi Ventus, pour vous servir ! Mer 30 Juil 2014 - 12:48

avatar
Invité
IDENTITE
NOM : Ventus – Amalric d'Entreciel d’Aragon.
PRENOM : Jean-Edouard Vivaldi Arthur Amadeus Padmé.
SURNOM : Vivaldi Ventus.
ÂGE : 34 ans.
DATE DE NAISSANCE : 23 septembre 2967.
ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuel.
CLASSE : Ölokoge.
STATUT : Sain.
RANG/METIER : Chercheur de Remède
GROUPE SANGUIN  : AB -
ARMES  : Un pistolet électromagnétique paralysant, des fumigènes, une vieille canne-épée.

RESUME HISTOIRE



Nous vivons dans un monde vulgaire. Aujourd’hui, plus personne n’a le temps de lire ou d’écrire. Les galeries d’art ont été fermées. Les musées sont en poussière. La musique peine à survivre. L’Histoire se désagrège. L’esprit de Paris pourrit dans sa réclusion. Le DC-01 ne menace pas seulement nos vies, il menace notre humanité. En nous changeant en animaux, en nous faisant vivre dans la peur et le chaos, il annihile le propre de l’homme : l’art. L’humain se meurt, la recherche du beau se meurt, la culture est morte.

Mon nom est Jean-Edouard Vivaldi Arthur Amadeus Padmé Ventus-Amalric d’Entreciel d’Aragon. Vivaldi Ventus conviendra. Plus personne n’accorde désormais d’importance à la noble lignée dont je descend, moi le premier.

Je suis né un jour tout à fait électrisant, le 23 septembre de l’an de grâce 2966. Un orage mémorable se déchainait au-dessus de Paris, les éclairs zébrant le ciel dans un fracas de Titans. Si, comme je l’ai dit précédemment, le nom ridiculement long dont j’héritais ne me serai d’aucune utilité dans la vie, la qualité de la famille dans laquelle je naquis fut déterminante. Enfant unique et inespéré mais chétif, mes parents décidèrent de m’offrir la meilleure éducation possible : il fallait bien que j’acquisse des armes intellectuelles pour pallier mon manque de force physique.

Ma tendre mère, Ariane Ventus d’Entreciel, était professeur à l’université ; quant à mon électrisant père, Leopold Amalric d’Aragon, il était un botaniste Ölokoge plutôt reconnu dans le milieu. Il va s’en dire que j’étais quelque part prédestiné à une éducation complète et raffinée, sous la tutelle d’une part des éminents professeurs du Jardin du Luxembourg, d’autre part de mes parents.

J’ai toujours vécu au milieu des plantes et des bêtes. On m’éveilla aux merveilles de la nature, au respect de la vie et de la décence humaine et animale. On m’apprit à ne pas craindre les Chimères, à différencier les plantes, à connaître les insectes. On me montra aussi que la beauté toute entière de la nature avait nourrie la beauté des hommes. Surdoué, j’appris à lire à une vitesse phénoménale et depuis lors mon appétit de livres n’a jamais cessé. Je tombais amoureux des artistes. Placé sous le patronage de deux illustres compositeurs antiques, la musique charma très tôt mes sens.

Les études comblèrent ma soif de savoir intarissable. Mon asthme et mon corps malingre me cloîtrant à l’intérieur de l’enceinte sécurisée de la Réserve, je passais mon temps libre dans les laboratoires et les serres, m’intéressant à tous les métiers. Mon père me laissait lire ses rapports et me confiait à des amis d’autres branches, me permettant de me familiariser très jeune avec les Dompteurs de Bêtes, les Chercheurs de Remède et les Aventuriers.

À 15 ans, mon traitement médical porta ses fruits et je fus débarrassé de mes problèmes respiratoires. Un tout nouveau monde s’ouvrait à moi à la veille de ma graduation d’Élève en Assistant. Un mois après ma guérison totale, je surpris mon reflet dans le miroir. Un corps blanc, à la limite du squelettique, voûté par les crises de toux, un visage immature et constellé de boutons sous des cheveux d’un blond sale.

Le lendemain je commençais le sport.

Pour quelqu’un qui jusqu’à ses 15 ans lutta constamment pour respirer, le sport était une électrisante révélation. J’avais enfin un moyen de contrôler mon corps, de le faire parvenir à un idéal jusque là impossible à atteindre. Qu’il s’agisse de la natation, de l’escrime, du basket, de la course, du Krav Maga ou de la musculation, je mis un point d’honneur à faire preuve d’autant de zèle que dans mes études.

Si la littérature restait mon domaine de prédilection, on m’acclamait déjà comme un prodige en biologie et en chimie. C’est tout naturellement que le jour de mes 16 ans je m’engageais dans la lignée familiale en devenant l’apprenti de mon père au sein des Botanistes. Une année s’écoula paisiblement. N’ayant pas l’habitude des amis et n’en voyant pas tellement l’intérêt, je sympathisais avec grand nombre de mes camarades sans pour autant les considérer comme des proches. Toutefois, ma nature agréable faisait qu’on me tenait en haute estime malgré ma solitude et j’étais systématiquement invité aux fêtes ou aux sorties.

C’est ainsi que le 30 octobre 2963 j’appris ce qu’était réellement la vie parisienne.

Je n’avais jamais été directement confronté au DC-01. Je l’avais aperçu sur des rapports, entendu dans des conversations, deviné dans des éprouvettes. Je savais tout de ses effets. Je savais qu’il était omniprésent. Mais je n’avais encore jamais vu de Contaminés. Ma connaissance théorique des évènements était parfaite, mais ma connaissance pratique était inexistante.

Ce 30 octobre là, deux Assistants Aventuriers m’invitèrent à aller avec eux à une soirée qui se déroulait sur l’île flottante. Nous nous mîmes en route vers 21h. Jamais je ne m’étais autant éloigné de l’enceinte du Jardin du Luxembourg et je sentais mon excitation monter. Mes deux compagnons, qui étaient particulièrement têtes brûlées, décidèrent d’emprunter un soi-disant raccourci, car la nuit commençait à tomber.

Maintenant que je connais la géographie de cette ville par cœur, un peu plus de dix ans après les faits, je me demande encore comment mes compagnons ont fait pour nous faire à ce point dévier du bon chemin. Toujours est-il que leur fameux raccourci nous fit déboucher juste à côté du Quartier Abandonné. Il faisait tout à fait noir à présent, seuls quelques lampadaires clignotants baignaient les environs d’un clair-obscur blafard.

Apparemment surpris, mes deux amis m’intimèrent le silence quand je fis mine de vouloir faire part de mes doutes. Nous avançâmes prudemment dans l’ombre. Je ne comprenais pas la situation et la panique commençait à me gagner quand, au détour d’une maison, nous tombâmes nez à nez avec une scène qui aujourd’hui encore m’apparaît clairement, dans le moindre détail.

Un homme et une femme se battaient. Tous deux étaient vêtus de longs manteaux sales, bandés aux mains et au visage, tâchés de sang plus ou moins coagulé. Les hurlements qu’ils poussaient n’avaient rien d’humain, pas plus que la force qu’ils déployaient à essayer de se mordre ou se porter des coups. Une rage bestiale mouvait leurs corps, faisant luire leurs yeux et écumer leur salive. Entre leurs pieds gisait un cadavre, celui d’une fillette, atrocement mutilée, le visage a moitié arraché, le ventre ouvert sur des viscères vermeils, baignant dans son sang.

Un bruit nous fit sursauter tous les trois. Derrière nous se tenait, chancelant, un jeune homme qui devait avoir notre âge. Ses jambes vacillaient, ses yeux fous roulaient dans leurs orbites. Une bave écumante, rosâtre, coulait sur son menton. Il était sale, blessé. Nous voyant, il prit peur et recula, nous suppliant de ne pas l’approcher. Il se prit la tête entre les mains, comme s’il était en proie à un supplice insoutenable, vagit, hurla, pleura, mais nous ne pouvions pas bouger. L’horreur omniprésente nous inhibait.

J’étais horrifié. Tétanisé. Cloué sur place, statufié par ce spectacle immonde. J’avais sous les yeux l’enfer. Je contemplais impuissant, dégoûté et fasciné la fin de l’homme. La fin de l’Humanité.  Cette barbarie n’avait rien d’humaine. Cette cruauté n’était pas naturelle. Elle était l’engeance de la guerre, l’illustration de la déchéance humaine.

Le DC-01 était né dans l’atrocité. Il était l’atrocité.

Ce soir-là, nous aurions finis en repas si une escouade de Wrists n’avait pas abattu froidement les trois Contaminés. Froidement, comme s’il ne s’agissait que d’animaux. Rien ne fut tenté pour secourir ce pauvre jeune homme qui se battait contre le virus. Rien ne pouvait être fait.

J’ai surpris mon reflet dans le miroir, ce matin. Un bref instant, j’y ai revu le Jean-Édouard chétif et craintif, avec ses cheveux blond sale et ses yeux trop clairs. J’ai revu avec attendrissement cet ancien moi, qui avait peur de tout alors qu’il ne connaissait rien.

Je me présente : Vivaldi Ventus, 35 ans, Chercheur de Remèdes. J’ai choisi cette version raccourcie peu de temps après ma réorientation, quand j’ai abandonné la voie de la botanique pour me concentrer exclusivement sur l’éradication du fléau DC-01. Il me convient beaucoup mieux.

Du jeune garçon maigrelet il ne reste pas grand-chose. Mon ancien corps débile, dopé par le sport, est devenu droit, svelte et musclé. Les cheveux blondasses et les yeux larmoyants ont viré définitivement au rose après  que j’ai testé sur moi une « teinture à boire temporaire » qui s’est avéré définitive en s’amusant avec mes gènes. Il faut me pardonner – je n’avais que dix-huit ans à l’époque. Je les aime plus que tout ainsi teintés et ils s’accordent à merveille avec ce visage androgyne, contribuant à jeter le trouble sur mon sexe. Je suis encore un grand enfant amateur de ce genre de plaisanteries !

Adieu aussi, timidité et retenue. La vie est trop belle pour la gâcher en n’osant pas. Désormais je vis ma vie comme je l’entends et si certains me trouvent frivole, tant pis pour eux. Rien ne vaut un bon repas, un bon lit, des livres et un corps chaud, qu’il soit féminin ou masculin.

Au fond de moi, je garde l’image de cet adolescent fou et consumé que j’ai croisé à mes 17 ans. Oui, à l’époque, rien ne pouvait être fait. Mais nous trouverons un remède pour mettre fin à cela et je suis prêt à tout pour que ce rêve se réalise.

IRL
TON SURNOM/PRENOM : Alexandre/Samy/Xude, celui qui joue Eden.
TON ÂGE : 19 ans toujours. Je pense.
PERSO. ILLUSTRATEUR : Watase Sanetoshi de Mawaru Penguindrum.
COMMENTAIRES : Eva, épouse-moi.
Code de présentation : { Code validé ▬ Yeah }
Invité
MessageSujet: Re: L'électrisant Vivaldi Ventus, pour vous servir ! Mer 30 Juil 2014 - 18:26

avatar
Invité
Vivaldi chéri ♥ Contente de te revoir parmi nous ! C'est regrettable qu'on ne se soit pas vu à la JE.
Invité
MessageSujet: Re: L'électrisant Vivaldi Ventus, pour vous servir ! Jeu 31 Juil 2014 - 0:31

avatar
Invité
Ce n'est que partie remise, ma chère amie !
Invité
MessageSujet: Re: L'électrisant Vivaldi Ventus, pour vous servir ! Lun 4 Aoû 2014 - 23:47

avatar
Invité
VIVALDI <3
Ton électricité me manquait, heureuse de te revoir parmi nous. On pourra peut-être continuer notre rp ensemble ou en faire un autre ;)
Invité
MessageSujet: Re: L'électrisant Vivaldi Ventus, pour vous servir ! Lun 4 Aoû 2014 - 23:49

avatar
Invité
Ilwyd ♥︎♥︎♥︎ Je profite de la renaissance de DC-01 pour une remise à zéro mais n'est crainte, je te réserve un RP dès maintenant !
Invité
MessageSujet: Re: L'électrisant Vivaldi Ventus, pour vous servir ! Lun 4 Aoû 2014 - 23:56

avatar
Invité
Tant que je peux rp avec toi cela me va :D
Lou Meister
MessageSujet: Re: L'électrisant Vivaldi Ventus, pour vous servir ! Sam 6 Sep 2014 - 17:22

avatar
S T A F F
Compétences : COMBAT
Validation OK !



Je suis l'administrateur qui t'a validé : Lou Meister

Bon tout comme ton cher Eden, Vivaldi a été un régal à explorer. Franchement c'est du beau travail, j'adore toujours autant ce personnage ! Longue vie à Vivaldi. Je n'ai rien à dire tout est parfait (et très bien retranscrit) ♥
N'oublie pas de recenser ton rang et de remplir ton profil si c'est pas déjà fait !
Bienvenue
Bravo tu viens d'être validé(e), tu vas pouvoir commencer à RP sur le monstrueux forum DC-01. Tu vas pouvoir commencer à naviguer comme bon te semble sur le forum et surtout te faire des compagnons de fortune !

Je te souhaite toute la survie du monde face à ton futur peu sûr.
Le Staff de DC-01  Coeur

Les liens utiles
Règlement
Résumé du contexte
Recueil des intrigues
Recenser son rang
Annexe du forum
Personnages Non-Joueurs
Staff
Demande de logements
Demande de RP
Fiches de relations
Fiches complémentaires

••••••••••••••••••••••••

Lou x Armen

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'électrisant Vivaldi Ventus, pour vous servir !

L'électrisant Vivaldi Ventus, pour vous servir !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Hors-RPG
 :: Archives :: Archives des fiches :: Présentations
-
Sauter vers: