Recevez 100 points dès votre inscription en incarnant un TEMPIUS ou un ANDROÏDE !

Partagez|

Hatsue † Everybody loves me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
MessageSujet: Hatsue † Everybody loves me Lun 2 Juin 2014 - 14:37

avatar
Invité
IDENTITE
NOM : Kyoku
PRENOM : Hatsue
SURNOM : Hatsu'
ÂGE : 21 ans
DATE DE NAISSANCE : 17 décembre
ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuelle
CLASSE : Citoyenne
STATUT : Contaminée
RANG/METIER : Sans emploi
GROUPE SANGUIN  : B-
ARMES  : Plusieurs lames de différentes longueurs.


RESUME HISTOIRE

Je m’appelle Hatsue. Prénom étrange pour une parisienne, je le conçois bien, mais j’imagine que donner des explications prendrait beaucoup trop de temps, alors passons dans le vif du sujet voulez vous ? Autant vous dire que vous allez m’adorez, ou me détester. 

Je suis née il y a 21 ans de cela, dans la belle et misérable ville de Paris. Je n’ai pas toujours été contaminée, j’étais destinée à autre chose, devenir Wrist, ou être une simple citoyenne lambda qui allait avoir quelques embuches sur son passage, mais avec assez de détermination, j’allais m’en sortir. Le sort en a décidé autrement. Je suis née dans une famille tout à fait banale, un père citoyen respectée et ma mère était une Wrist. Autant vous dire que la contamination n’était pas vraiment à l’ordre du jour. Ma mère entretenait une haine farouche pour ces « cannibales ». Comme elle le disait si bien : «  Une personne mordue, est une personne maudite. » Je ne pensais pas qu’elle pouvait avoir raison à ce point à vrai dire. J’ai été contaminée tôt, à l’âge de six ans par mon père. Alors, je vous vois arriver, en le traitant de mauvais homme, et de mauvais père, mais ce n’est pas ainsi que cela marche. 

La contamination change une personne. Et pas en mieux. Mon père était un grand utopiste, optimiste au possible, et je suppose que c’était ce qui avait plu à ma mère quand ils se sont rencontrés. Il s’avère qu’un soir, mon père est rentré, prenant place dans le fauteuil de notre salon, comme à son habitude, un soir tout à fait banal, il s’était servi un verre de cognac, comme pour montrer qu’il avait passé une dure et longue journée. Et c’était le cas de le dire, il s’était fait contaminé en début de journée, et le DC-01 fait des ravages et tue tout ce qu’il peut y avoir de bon sens chez une personne. Le cannibalisme n’est pas un tabou pour rien. J’ai perdu l’usage de mon oeil gauche quand mon père décida que j’allais devenir la victime de la folie du contaminé. Un contaminé ne se contrôle pas, quand le DC-01 décide de prendre le dessus, c’est une autre personne qui apparaît, vous aurez beau faire partie de sa famille, être l’amour de sa vie, ça n’a plus d’importance, plus rien ne compte sauf l’appel du sang. Mon père s’est jeté sur moi, comme un prédateur fond sur sa proie. Je suis projetée violemment contre la porte d’un placard, qui se brisa et un éclat de bois vint se planter dans mon oeil, causant souffrance et hurlement, je n’avais que six ans, et j’allais mourir de la main de mon père. La mâchoire de mon père emprisonna mon épaule, mordant ma chair, contaminant mon sang. Ma mère eut un choix difficile à faire, je perdais mon père, et perdais une partie de ma mère. Un violent coup de feu retentissait dans l’appartement, et la lourde carrure de mon père tomba mollement sur moi, alors que mon oeil rendait lui aussi son denier souffle. J’ai encore la cicatrice de la morsure de mon père, et j’ai perdu la vue de l’oeil gauche. Ma mère tomba à genoux, meurtrie dans sa chaire, dans son âme, le canon du pistolet toujours fumant, elle avait les larmes aux yeux et me regardait avec des yeux… des yeux emplis de désespoir, elle savait, en regardant ma petite épaule toute mordue, que sa famille était brisée, et que sa fille était maudite.

Ma mère ne pouvait pas m’emmener à l’hôpital, pas avec une blessure aussi … caractéristique. Elle ne pouvait se résoudre à m’abandonner dans les bas fonds, elle ne pouvait pas se résoudre à perdre les deux seules choses qu’elle avait aimé plus que ça propre vie. Elle s’approcha de moi, doucement, me demandant de me calmer, que tout allait bien se passer. Elle retira l’éclat de bois avec précaution. Elle m’enveloppa de ses bras, puis dans une couverture, et une fois la nuit tombée sur Paris, elle quitta l’appartement, m’emmenant chez une médecin pour qu’il puisse sauver les pots cassés, il ne pourrait pas sauver mon oeil, mais il pouvait empêcher une infection ou je ne sais quoi. Mais faire confiance dans ces cas est certainement une erreur. Mais ma mère était … désespérée, au bord du gouffre. Le médecin retira les éclats de bois restant de mon oeil, banda mon épaule, et avertissait ma mère qu’il ne pourrait pas la couvrir, et qu’elle mettait ne danger beaucoup de mon qu’elle ne pensait en gardant une petite contaminée, même si c’était sa fille. Qu’il aille se faire foutre, comment pouvait-il insinuer qu’elle tue sa propre fille. «  C’est dans ton intérêt » disait-il. Pauvre connard. Après cet épisode, ma mère a pris soin de moi jusqu’à mes quatorze ans. Après, elle a disparu. Me laissant seule, je trouvais vite mon chemin vers les bas fonds, là où les autres de mon « espèce » trouvait refuge et terrain de jeu. Bien vite, je me forgeais un caractère dur et tordu, loin des stéréotypes des bonnes filles de bonne famille. J’étais fière, forte, sans attaches, rien ne pouvait me briser, du moins c’est ce que je pensais. 

J’ai rencontré Lou, je devais avoir … 19 ans ? 20 ans ? Je devais être dans ma vingtième année.La relation entretenue n’est pas saine, au contraire, elle est violente, sans concession ni de lui, ni de moi, j’ai du faire face à mon propre ennemi, moi même, l’autodestruction, mon impulsivité, mon incapacité à abandonner. Et j’en ai payé des conséquences terribles, quand ma mère disait qu’une personne contaminée, était une personne maudite, elle n’avait pas forcément tort. Comment voulez vous voir la lumière quand vous êtes clouée dans les bas fonds, chassé par toutes sortes de groupes et de personnes, quand le DC-01 peut faire de vous un monstre assoiffé de chair et de sang, comment voulez vous aimer sans obstacles ? Et .. aimer Lou, c’est ne pas être sain d’esprit. Je garde des profondes cicatrices de cette relation, aussi bien physiques que psychologique. J’ai le corps marqué de son passage, des marques de morsures pour la plupart du temps, des parties du corps plus brune. Suite à tout ceci, je me suis promise de ne plus être faible, de ne plus jamais faire preuve de la même léthargie, ce n’était pas moi, cette mélancolie, ce spleen, j’en avais eu trop mal… si mal. Je me suis remise en forme, je me suis rendue plus forte, j'ai retrouvé ma rigueur, ma force.  Les cicatrices me rappellent ce que j’étais, et ce que je ne serais plus jamais. 



IRL
TON SURNOM/PRENOM : écrire ici
TON ÂGE : 21 ans
PERSO. ILLUSTRATEUR : Zéro de Drakengard
COMMENTAIRES : PROSTERNEZ VOUS DEVANT VOTRE REINE
Code de présentation : J'ai fait le règlement merci. e.e

Hatsue † Everybody loves me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Hors-RPG
 :: Archives :: Archives des fiches :: Présentations
-
Sauter vers: