Recevez 100 points dès votre inscription en incarnant un TEMPIUS ou un ANDROÏDE !

Partagez|

Lou Meister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lou Meister
MessageSujet: Lou Meister Jeu 10 Mar 2011 - 23:45

avatar
S T A F F
Compétences : COMBAT
Bonjour \o/ Mon nom est Lou Meister, mais on m'a toujours appelé(e) Lou. J'ai pour le moment passé 19 ans sur Terre. Ça fait un bail ! Je suis né(e) le 11 juin et je suis depuis ce jour bisexuel. Pour terminer, je fais partie des contaminés. Ah! Et mon groupe sanguin est AB-.

Lou est quelqu’un de très impulsif qui n’agit que par l’instinct, cela lui donne d’ailleurs un côté animal sauvage. Enfin, il se démarque des autres contaminés par son air impassible ou moqueur quelqu’en soit la situation. Il ne prend que très peu de personnes au sérieux. Il n’est pas très calculateur, voire même pas du tout puisqu’il agit plutôt au feeling et quand il sent que la bonne occasion pour lui se présente. Il n’agit que par intérêt et il l’assume. C’est quelqu’un qui n’a pas le cœur sur la main et à tendance à ignorer autrui. Il n’aime pas aider les autres ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas d’attache ou qu’il n’aime pas d’autres contaminés, mais cela se fait souvent quand il a en même temps un intérêt ou à contre-cœur.
Il a très mauvais caractère, impertinent, il n’aime pas avoir tord et donnera tous les arguments possibles pour avoir raison. Il est plutôt associable dans le sens où soit il bouffe la personne, soit il ne va pas autrui. Malheureusement, son grand point faible, bien qu’il soit violent, est qu’il est étonnement maladroit. Glissade facile, ou expressions inappropriée sur le visage –comme s’il ne comprenait pas votre langue.



« Honnêtement, je ne suis pas moche, tsah. Qui n’a jamais rêvé un beau blond aux yeux profondément bleu, pas aussi foncé que l’océan mais aussi clair que le ciel. Ce qui semble être un paradoxe. Ce bleu pur ne me va pas caractériellement. Ce bleu pur n’aurait pas dû m’appartenir. Enfin bref, passons mes yeux –que j’use souvent pour charmer bien qu’avec un corps comme le mien je peux obtenir quasiment obtenir tout ce que je veux sans forcément user de force. Mon corps est grand, je crois que je mesure dans les environs des 1m80. Je suis ni trop musclé ni trop plat. Le juste milieu. J’ai plusieurs tatouage ; le premier relie mes deux épaules, et les deux autres, sur chacun de mes avants bras. Enfin, ce n’est qu’un détail. D’ailleurs, ces tatouages ne signifie rien de particulier. C’est juste une lubie de jeunesse. Peu importe, je m’en fou. Sinon, mes cheveux, je les aime mes cheveux. Même s’ils sont souvent souillés de sang, j’aime leur blondeur qui ressemble à la couleur du champs de blés de Paris, si bien que je me fond très bien dans le paysage, enfin, si j’aurais été nu. Car, je porte une veste courte rouge à capuche qui me va à ravir et qui me donne un certain style quoi ! En plus de mes mains pour aggriper mes proies, j’ai des griffes que je peux intégrer pour étriper plus rapidement quand y’a trop de monde. Bouais, quand y’a des Wrists qui vous collent au cul, c’est pas évident. Que dire de plus sur moi ? Vous n’avez qu’à mieux me regarder, moi et mon fin sourire carnassier. »
votre histoire

« Je suis né d’un père contaminé et d’une mère humaine, je crois d’ailleurs que c’était une Wrist. Je dis ‘je crois’ car mes souvenirs sont encore plutôt flou de ma famille. Mes parents ne se voyaient pas souvent, et les seules fois où je pouvais voir mon père était rare et les instants étaient très courts. Je me demande comment ils avaient pu se rencontrer ces deux là, enfin, quoiqu’il en soit, ils ont fini par créer un être comme moi, ensemble. Une réussite ? Certainement : un bébé contaminé, quoi de mieux pour la forme d’une Wrist ? Le lait ne m’avait jamais trop convenu, et dès un âge plutôt mature, vers 2 ans, je refusais la moindre goutte de lait. Non pas par peur ou quoique ce soit d’autre. Mais le lait ne me nourrissais pas, j’avais avidement besoin d’autre chose. Ce n’est qu’un an plus tard que je compris quoi. En voyant mon père se nourrir sur ma mère, sans lui faire le moindre mal. La Wrist se laisser pomper un peu de sang de temps en temps, pour maintenir la ‘passion’ dans le couple. Mon paraissait inoffensif. A vrai dire je ne l’avais jamais vu hors de lui, alors en bon enfant tout mignon, j’avais simplement tendu la main ce jour là pour goûter moi aussi à maman qui me paraissait drôlement bonne. Ouvrant lentement la bouche, mon père me glissa quelques gouttes de sang. Il me suffit que de quelques gouttes pour prendre goût et de devenir un véritable Dieu. Je sais pourquoi les contaminés sont craints. Trop différents des humains, à cause de leur différence de goût ; ils leurs inspiraient dégoût.
Pourquoi sommes-nous tant rejetés ? c’est comme si l’on interdisait à n’importe quel carnivore de chasser sa proie. Notre proie c’est eux. Bref, à l’époque, je ne comprenais rien à rien. A vrai dire j’étais idiot –plus maintenant, qu’on soit bien clair. Je me mis peu à peu à réclamer moi aussi à réclamer du sang à maman. J’insistais toujours, encore plus. Mais je me faisais petit quand c’était mon père qui revenait de la ville nous voir. Il devait nous aimer maman et moi pour venir le plus souvent possible selon lui. Mais bon à un moment, où un autre, un contaminé cachait ne pouvait plus être trop caché. Je grandissais et j’avais besoin de liberté, j’avais besoin de me nourrir seul. Je me mis donc à devenir autonome, si bien que je fis ma première victime à l’âge de six ans au sein du QG Wrist. Vous vous rendez compte ? A l’âge de six ans, vous avez toute une troupe de Wrist à vos trousses. Ma mère réussit néanmoins à me protéger, seulement à cet âge, et ce après ma première victime, j’étais instable. Si bien que je la dévorai elle aussi. Chose qui me fit un peu mal au cœur. C’était qu’une pauvre bête ma maman. Enfin, j’avais surtout peur de la réaction de mon père, alors je me suis enfui.
J’errais sans but dans la ville, me nourrissant d’animaux qui passait par là. J’étais trop petit pour m’approcher d’adultes. J’étais encore faible et sans défense. Mais bientôt un couple de citoyens, ayant visiblement pitié de ma condition, me recueillis gentiment. En remerciement, quelques années plus tard –après une longue abstinence envers eux- je les ai dévorés sans une seule once de tristesse. J’avais alors onze lors de mon départ de ces merdiques d’humains. De nouveau à la rue, la rencontre que je fis ensuite fut épique : mon père. La première réaction qu’il eut était de me plaquer au mur pour pouvoir m’arracher les tripes, mais quand il comprit –son cerveau devait être ravagé depuis la mort de maman, que c’était moi, il me relâcha ENFIN. Quel con celui là. On passa deux semaines ensembles, jusqu’à qu’il se rende compte que j’étais l’assassin de sa chère humaine adorée. Bah, fallait bien que je me nourrisse quoi. J’allais pas crever de faim pour ces beaux yeux. S’enchaîna ensuite une véritable bataille entre lui et moi. Comme vous pouvez le voir, si je vous parle aujourd’hui, c’est que j’en suis rescapé. Lui, je l’ai déjà digéré depuis des années déjà. C’est drôle comme quand on est contaminé, leu peu de sentiments que l’on peut ressentir quand l’on est énervé de la sorte. Je n’en ressortit pas indemme. J’avais une énorme cicatrice au niveau des épaules, que je couvrais bientôt avec le tatouage principal –ensuite les deux autres se sont rajoutés pour le style.
Bref, ma première rencontre sexuelle –car je sais que vous vous attendez à ce que je narre mes ébats, fut avec une fille. Une simple citoyenne qui cherchait la merde auprès des contaminés. A l’époque, je fis semblant de paraître tout à fait normal, je jouais merveilleusement bien la comédie. Un regard, quelques sourires et bientôt, elle tomba dans les bras. Bah, on a fait l’amour dans une carcasse de voiture je crois, rien de très épique, car je l’ai dévoré pendant nos ébats. J’enchaînais mes victimes comme ça, j’avais des relations sexuelles assez fréquemment, dans des hôtels que je n’payais pas, chez les personnes des fois –et là je me nourrissais des familles, sauf peu être des nourrisons-, aussi dans les champs –des Wrist principalement- et pour finir dans les bas-fonds avec d’autres contaminés. Je devenais un peu plus violent de jour en jour, m’ajoutant un charme sauvage, le genre de gars indomptable, sauf que moi ce n’est pas de la comédie. On dirait un clébard des fois. Bref, je pris aussi goût aux hommes qui me semblaient tout aussi ouvert que les femmes. Incroyable, jamais je l’aurais cru quoi alors qu’ils ont un trou de moins quoi ! Enfin, actuellement, je vis un peu comme un nawak. Je fais au feeling, je trouve, je prends, je bouffe, point. Je me pose pas de question, car si je devais le faire, je ne sais pas où ça me mènerait quoi. »


Spoiler:
 

Lou Meister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Hors-RPG
 :: Archives :: Archives des fiches :: Présentations
-
Sauter vers: