Recevez 100 points dès votre inscription en incarnant un TEMPIUS ou un ANDROÏDE !

Partagez|

Lindo, "ArtZéro"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Lindo
MessageSujet: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 0:13

avatar
NON-JOUEUR
Compétences : Maussade




                                                                           




Extras


▬ CODE PRÉSENTATION : CODE VALIDE - LOU'PE, j'espère pouvoir faire parti de tout ce beau monde :p.



Histoire




Je créé ce journal pour me permettre de ne rien omettre dans ma future enquête sur mes parents qui ont disparus le 18 Mai de cette même année.  
Trois jours plus tôt, les médecins m’ont annoncés que je venais de vaincre mon premier ennemi qui séjournait dans mon cerveau : le Cancer. J’y ai cependant laissé quelques plumes, mes Mélanocytes qui donnaient à mes cheveux leur couleur doré sont morts durant mes lourds traitements pour vaincre cette maladie. J’étais pourtant considéré en phase terminal depuis plus d’un an et c’est il y a seulement quelques semaines que les médecins étaient de nouveau optimistes quant à ma survie éventuelle. Le cancer a rongé une partie de mon cortex orbitofrontal, la partie du cerveau gérant une majorité des émotions. Cependant, malheureusement pour ceux qui ont fait disparaitre mes parents, cela ne m’a pas fait perdre ma colère et par conséquent mon envie insatiable de vengeance…
Je me retrouve désormais sans famille, mes parents étaient les derniers membres de ma famille. Les autres familles Oloköges n’ont pas voulu de moi, sûrement par peur que je sois infecté car mes parents aidaient parfois des chimères et des infectés à survivre. C’est à ce moment-là que je me rendis vraiment compte que le mode de vie de mes parents n’était pas la norme à Paris.
Du coup ce furent les rues qui m’accueillirent, j’ai cependant pu garder l’ordinateur de mon père. Celui sur lequel je tape actuellement ces quelques lignes. Il ne me reste plus beaucoup de batterie d’ailleurs, je vais devoir trouver un moyen de le recharger.


J’ai finis par trouver de quoi recharger mon ordinateur, enfin c’est plutôt quelqu’un d’autre… Le 1er Janvier, alors que la plupart des gens ne pensaient qu’à festoyer du meilleur qu’ils pouvaient la nouvelle année, moi, je vagabondais à la recherche d’un abri. Cela faisait uniquement deux semaines que j’étais seul dans la rue mais c’était l’enfer sur Terre : Le froid terrible manquait de me tuer chaque nuit grâce au feu que j’allumais dans un vieux tonneau autrefois utilisé par un autre sans-abri je suppose. Car malgré la flamme chaude, le froid et le vent perçait toutes les couches de vêtements que je possédais et venaient mordre ma peau…
Et cette maigre protection me fut enlever la nuit dernière par un groupe de chimères qui me menacèrent de me tuer si je restais à leur côté. Il était déjà plus de vingt-deux heures et le froid était déjà au rendez-vous, peut-être même en avance sur ses habitudes. Désespéré, je suis allé du côté des habitations du côté riche de Paris, espérant y trouver un peu de réconfort. Et effectivement dans un premier temps ce fut le cas, les porches des magasins abritaient du vent fort et de temps à autres les poubelles contenaient des repas à peine entamés, une bien triste réalité compte tenu du manque de ressources et de nourriture du monde d’aujourd’hui. On était bien loin de la vie confortable  et la nourriture abondante du début du XXIe siècle.
Cependant un infecté se jeta d’un coup sur des passants, mordant et griffant à tout va les citoyens qui se dirigeaient sûrement vers leur foyer et leur famille. Je n’avais pas spécialement peur de cette créature, tant qu’elle ne voulait pas me tuer, j’étais presque au chaud devant un magasin de beauté, un comble quand on sait que l’infecté lui préférait le rouge sang. Alors que la plupart des passants s’étaient enfuis, l’infecté courut dans ma direction. Là par contre je me suis sentis pris au piège, à peine relevé qu’il était déjà en train de bondir pour se jeter à mon cou. Ce qu’il ne manqua pas de faire d’ailleurs, même si en tentant de me protéger ce fut mon côté droit de ma hanche qui réceptionna la mâchoire de l’infecté. La douleur était horrible, je sentais chaque dent dans ma peau, s’enfonçant toujours un peu plus profondément avant qu’il ne se décide à lâcher prise pour tenter de goûter enfin à mon cou. Mon réflexe fut de tendre les bras, en tentant vainement de le l’empêcher de s’approcher plus près de mon visage. Il me mordit à plusieurs reprises mon coude un peu trop exposé. Finalement alors qu’il allait parvenir à son but, tentant le tout pour le tout, je me saisis de ces yeux en enfonçant le plus possible mes mains et lui arracha ceux-ci en même temps qu’un cri de douleur affreux. Pendant que cette chose tenta de cacher ses orbites maintenant inhabités, j’en profite pour m’enfuir mais la douleur fut elle que je ne parvins à faire que quelques mètres avant de tituber puis tomber au sol...
Malgré la récente cécité de la créature celle-ci ne mit pas bien longtemps avant de reprendre sa chasse à l’aide de son odorat, et elle replongea avec difficulté sur moi, cassant au passage la vitrine du magasin. Sa mâchoire claquait maintenant à quelques centimètres de mon visage, c’est à ce moment-là que je vis un bout de verre en pointe non loin de moi. Je m’en saisis, laissant mon casque encaisser une morsure pour moi avant de venir lui planter celui-ci directement entre les deux ‘’yeux’’. Dans un dernier râle, l’infecté finit enfin par s’arrêter de bouge.
Entre temps une escouade Wrist arriva pour sécuriser le secteur mais ils ne trouvèrent que les morts et mon corps ensanglanté. Leur chef, le Capitaine Rodhörk, me trouva et puis ce fut le noir complet…

Je me suis réveillé le 3 Janvier à l’hôpital, encore une fois… Le capitaine était apparemment resté à mes côtés, suivant le protocole, il me demanda les détails de cette nuit-là puis s’inquiéta d’avant cette soirée là… On m’apprit alors que j’étais O négatif et que je pouvais donc ainsi rentrer chez les Wrists, ce qui n’échappa pas à mon protecteur et maintenant tuteur. Il décida de me prendre sous son aile, il m’emmènera demain à l’école militaire des Wrists où j’apprendrais à survivre, et surtout, devenir plus fort, et je l’espère, suffisamment pour venger mes parents…


Cela fait maintenant plusieurs semaines que je suis entré l’école militaire, au final pour le moment je n’avais pas fait encore une seule heure de sport, mon nouveau tuteur avait fait en sorte que j’en sois écarté pour le moment à cause de mes blessures. Ce qui n’empêcha pas ces vauriens de me mettre à tabac dans la boue. Ce que je leur avais fait ? Il semblerait que ce soit la couleur inexistante de mes cheveux ainsi que la protection par mon tuteur.
Finalement le hasard voulut que ce soit ces mêmes abrutis qui se retrouve face à face avec des infectés organisés en groupe deux jours plus tard. Bien entendu je n’avais pas envie de les aider et les infectés trop occupés à envisager quel bon repas ils allaient avoir ce midi ne prirent pas la peine de vérifier si d’autres gamins comme moi trainait non loin. Cependant parmi ceux de la veille se trouvait aussi deux autres élèves de ma classe qui eux certes ne m’avait pas défendu la veille mais avaient fait en sorte que ça s’arrête vite avant de se mettre en fuite.
Je sentais bien que je prenais la mauvaise décision en voulant les poursuivre pour tenter de les sauver seulement je supposais que leur odorat et leur ouïe me trouveraient certainement avant que je ne tente quoi que ce soit. Heureusement pour eux, j’avais mon ordinateur sur moi et la perspective d’une partie de chasse inversée me plaisait curieusement. Il ne fallut que quelques minutes pour passer outre les maigres sécurités du système de surveillance du quartier, à croire que le manque d’accès aux ordinateurs les a rendus moins méfiants à ce sujet. Après avoir déterminé quel chemin la petite troupette emprunterait. Je me mis directement en chemin, je n’étais pas tout à fait sûr de leur emplacement exact mais compte tenu des derniers bâtiments encore debout, je n’avais que peu de chances de me tromper.
Et effectivement ils m’attendaient bien dans une sorte d’ancien garage à l’abandon, maintenant il s’agissait de trouver un moyen d’éliminer ces infectés. En prenant bien soin de ne pas trop m’en approcher je parvins à trouver une vieille cellule d’énergie RSA qui avait sûrement dû servir de batterie pour un engin quelconque. Cependant la faire exploser fut une toute autre affaire, je n’avais pratiquement rien sur moi et le garage avait déjà été bien généreux en me confiant cette cellule. J’entrepris de fragiliser la structure de la cellule à l’aide de mon couteau offert la veille par Rohdörk. J’espérais ainsi faire exploser la cellule en la jetant depuis une hauteur acceptable.
J’étais maintenant juste au-dessus d’eux, un des prisonniers me remarqua mais heureusement garda le silence aussitôt. Cependant les infectés ne voulait pas s’écarter du groupe, cela faisait maintenant plus d’une demie heure que j’attendais la meilleure occasion pour agir mais aucune ouverture à l’horizon. C’est alors qu’enfin je compris la capture des jeunes n’était pas le fruit du hasard, les infectés avaient une sorte de chef, un homme qui semblait parfaitement humain mais qui inspirait une certaine autorité à en voir la réaction de ses sbires. Sans même prononcer un mot il attrapa par le col le crétin qui m’a agressé le plus violemment l’autre jour, le pseudo ‘’leader’’, un certains Jake.
Mais je ne pouvais toujours pas lancer mon arme improvisé, j’aurais aussi bien tué les infectés que les prisonniers, d’autant plus que je n’étais pas certain que cela fonctionne à 100%. Seulement l’infecté ne se laissa pas prier et commença à dévorer sa victime. Les prisonniers tentèrent de s’écarter le plus possible de la scène qui se tramait maintenant sous nos yeux et l’un d’entre eux hurla mon nom, dévoilant ainsi ma présence. Je n’aurais plus aucune autre occasion possible et de toute façon Jake était sans doute déjà mort, ce qui ne fut pas pour me déplaire honnêtement. Je finis par lancer de toutes mes forces la cellule sur un coin de table qui finit de fissurer la coque de celle-ci qui explosa avec plus de force qu’attendu.
Le souffle manqua de me faire tomber, et un infecté réussit à échapper avec pas mal de blessures à l’explosion. Celui-ci, furieux, tenta de mordre un jeune mais je me jetais maintenant sur lui, mon couteau fermement tenu dans mes mains, le percutant directement dans son dos penché sur sa proie. L’impact fut dur mais il me fallait enchainer sinon la créature pourrait m’atteindre malgré sa douleur.
Finalement, après quelques coups supplémentaires l’infecté s’arrêta enfin de bouger, et les autres jeunes me regardaient à la fois avec une sorte de soulagement mêlée à la peur. Certains pleuraient, mais il fallut rentrer au plus vite au cas où d’autres infectés ou pire encore les avait repérés suite à l’explosion. Heureusement on ne fit pas de rencontres non désirées et on atteignit le QG rapidement.
Etrangement, j’avais envie qu’on salue ma valeur et mon acte mais je fus bien surpris de constater qu’à peine les gardes nous entourait, on était plus vu comme de possibles menaces.
Apparemment ils n’étaient pas autant à la traine que ça au niveau de la cybersécurité, ils ont retrouvé ma trace très facilement et je fus mis à pied pour avoir pirater le réseau de sécurité de ce secteur. Puis ma charge vint s’alourdir avec le témoignage éhonté de ceux que j’ai protégé qui ont commencé à faire croire que j’avais laissé volontairement Jake mourir. Or, même si l’envie y était, je n’ai agis qu’au moment le plus juste pour en sauver un maximum.
Finalement ils m’ont relaxé, surtout par manque de preuves parce qu’ils ne me croient toujours pas. De plus on m’a rendu mon ordinateur. Au final il leur a aura fallu plus d’un mois et trois jours pour trancher.


Etrangement ils ont décidés de me transférer à la section scientifique des Wrists pour y étudier la cryptographie. Cela ne me plait pas trop, j’ai l’impression qu’ils souhaitent seulement m’exploiter encore un peu plus à leur fin.


Je n’ai pas écrit depuis longtemps mais il le faut, il y a deux jours j’ai découvert la future cible des Katars. Cependant malgré l’important compte rendu que j’ai réalisé sur l’invariabilité des cibles d’attentats d’un groupe Katar connus sous le nom d’ArtZéro que les Wrists pensaient alors encore aléatoire, ils ne prirent pas en compte celui-ci. Bien entendu ce qui devait arriver arriva, et aujourd’hui pratiquement la minute près, une bombe tua une assemblée de Tempius qui prônait l’arrêt total des différents arts pour ne pas se laisser pervertir par ceux-ci. J’ai faillis de nouveau être mis à pied cependant mon rapport me sauva la mise.
Je ne parviens pas encore très bien à comprendre la mentalité de mes supérieurs, alors que je leur obéis et que je vais même jusqu’à enquêter moi-même sur certaines pistes qu’ils trouvent inutiles je me retrouve à être l’écarté.


Finalement, comme ils aiment le faire, ils ont changé d’avis et ont décidés de m’intégrer officiellement comme consultant sur les enquêtes criminelles de la ville. Mais je n’ai toujours pas le droit de porter une arme ni de sortir de Paris, alors que tous mes camarades le peuvent depuis plus de deux ans. J’ai aussi reçu une lettre étrange d’une certaine Cassandra Desprez m’invitant à faire parti de son unité d’éclaireurs.


Cette femme est complètement dingue ! Elle a failli me tuer deux fois durant l’entrainement. Je parviens tout juste à tenir assis sur ma chaise. Elle a une sorte de corde effilée qu’elle utilise pour nous faire mal quand elle estime que nous ne sommes pas assez attentifs ou vifs. Par contre son regard est curieux, elle semble nous apprécier, mais en même temps ne fait qu’hurler.


Il s’avère que notre instructrice, Cassandra, n’est pas aussi folle qu’elle le laissait penser au départ. Elle me donne des entrainements de plus en plus spécifiques et d’après elle je suis fait pour devenir éclaireur, voir même sniper, tout comme elle. Par ailleurs je joue à une sorte de jeux avec elle car malgré mes excellents résultats au tir de précision, j’ai une préférence pour ce pistolet, le GEMINI LH-86. C’est une arme de poing plutôt polyvalente très légère et avec une bonne précision que j’apprécie particulièrement. Et comme Cassandra n’apprécie pas cette arme qu’elle juge de bien maigre calibre comparé à son magnifique sniper. Du coup j’ai explicitement demandé à ce que ma future arme de service soit le GEMINI et j’ai ‘’accidentellement’’ envoyer en copie ce mail à Cassandra qui risque d’être de bonne humeur demain…


Dire que j’étais diagnostiqué apathique par les autorités… S’ils avaient su ce qu’il s’était passé ces trois dernières années…
Durant une mission d’escorte d’un scientifique Oloköge sur le terrain, je me suis surpris à désirer quelques choses que je n’avais jamais éprouvé auparavant… Ce scientifique s’appelait Jérémy, il avait mon âge et était assez étrange. Contrairement au reste des Oloköges il n’avait pas peur de sortir de la réserve, toujours à la recherche de savoir. Il tenta vainement de me comprendre durant ce périple, mais il persévérait inlassablement alors que je l’envoyais paitre à chaque fois. Le soir il jouait d’un instrument, une sorte de barre en métal avec de nombreux trous à l’intérieur, une relique de l’ancien monde d’après lui, dont il ne me révéla jamais le nom parce que je ne répondais pas à ses questions…
Son caractère enfantin était déprimant mais quelque part réconfortant, il me semble même qu’il m’avait fait rire une fois. Durant cette mission considérée pourtant comme sans risques apparents. On fut attaqué par un groupe d’infectés particulièrement coriaces, nous n’étions que deux et ce ne fut pas simple de leur échapper. Heureusement il connaissait particulièrement bien ce quartier et grâce à ces indications je parvins à éliminer trois infectés sans trop de problèmes. La course s’arrêta par mon impatience, Jérémy ne parvenait plus à courir, il était essoufflé et moi-même je commençais à fatiguer, le combat quelques minutes plus tôt n’ayant rien arrangé. Ils n’étaient plus que deux, mais ils semblaient nettement plus rusés que leurs congénères. Alors que je vidais un chargeur sur l’un d’entre eux, le deuxième me bouscula pour sauter sur Jérémy avec une vitesse remarquable. Malheureusement pour lui je ne le laisserais pas le toucher, tel était ma mission…
Après avoir fait un rapport au QG on me demanda de ramener Jérémy à la réserve. Jérémy semblait curieusement heureux, il ne se rendait pas compte qu’il avait frôlé la mort… Arrivés à une centaine de mètres de la porte principale de la réserve, il me demanda de m’arrêter. Surpris, j’obéis, et là il commença à me remercier de l’avoir protégé, puis il se mit à rigoler naïvement et à me surnommer la statue immaculée, sûrement en référence à mes cheveux blancs et mon attitude un peu froide peut-être. Toujours est-il qu’après ça il rougit légèrement et me plaqua contre le grillage. « Et es-tu entrainer pour ce genre de situation ? » me demanda-t-il. Surpris au premier abord, je lui répondis que ma mission était de l’escorter et que je n’avais donc pas le droit de le tuer même si ma vie était en danger. Il éclata de rire puis s’approcha doucement de moi… Son visage était très proche et je ne compris pas tout de suite son intention. Ce ne fut que lorsque ses lèvres rencontrèrent les miennes que je compris alors combien cette douce sensation m’étais agréable… Lorsqu’il s’arrêta, un peu trop tôt à mon goût d’ailleurs, il rigola encore une fois puis s’excusa et courut vers l’entrée de la réserve. Je n’avais pas encore idée à l’époque de ce que tout cela impliquerait.




Les jours qui suivirent de nombreuses demandes d’un botaniste Oloköge arrivèrent au QG Wrist demandant explicitement que je sois son garde du corps. Comme c’était notre mission, la plupart furent acceptées et je me suis retrouvé avec Jérémy quasiment toutes les semaines pendant plusieurs mois. Cassandra me jetait des regards noirs étant donné que j’étais de moins en moins présent aux entrainements spéciaux à mon égard. Jérémy ne me parla pas une seule fois de cette sensation si douce… Il fallut que l’automne commence avant que celui-ci me repose des questions étranges. Il me demanda par exemple si j’avais déjà eu une copine, seulement on ne peut pas vraiment dire que cela en était… J’avais déjà pratiqué le coïte avec des filles mais je ne les ai jamais considéré comme des copines… Et puis vu comment c’était un peu brutal, le simple baiser de la dernière fois était une sorte de nuage douillet à côté.
Je lui répondis donc la vérité, que pas vraiment, c’était souvent une sorte d’échange équitable. Jérémy en sembla déçu, puis il rigola en racontant que j’étais plein de surprises. Au final il me proposa après un après-midi infructueux de recherche de plantes sauvages de me payer le repas du soir pour s’excuser de prendre mon temps pour aucuns résultats concrets pour le moment. Comme mon tuteur me l’avait appris, je ne devais pas refuser des invitations si j’étais libre. C’est ainsi que je me retrouvais chez lui, seulement j’ai bien cru que j’étais venus me faire tuer en fait, malgré tout le bon cœur qu’il mit à me prépare un repas, il manqua de m’empoisonner…
Finalement on sortit acheter un repas tout fais dans Paris comme je ne savais pas non plus cuisiner. Vers la fin de la soirée j’allais partir quand il me proposa de m’héberger. Ne sachant où se trouvait la limite de la politesse j’acceptai. On dormit dans le même lit, on n’a pas tous le luxe de pouvoir avoir de quoi faire dormir des invités, et il en profita pour de nouveau m’embrasser, ce qui suffit pour me sentir de nouveau à mon aise. On dormit en cuillères, bien confortablement et puis je disparus le lendemain tôt pour aller à mon entrainement.
Ce fut ainsi pendant pas mal de temps, Jérémy avait arrêté de demander trop de missions aux Wrists, cela avait coûté une fortune à son département. Mais on vivait ensemble pratiquement désormais. Il m’apprit aussi que je ne devais pas allez voir d’autres personnes autres que lui, que ce n’était pas correct, aussi je m’exécutais malgré que c’était un peu déplaisant. Mais ça me permettait d’avoir des câlins et ça me suffisait. Finalement un jour il prit les devants pour que je me sente moins frustré sexuellement. Et étonnamment ce fut génial, ce qui me permis de plus facilement respecter les règles établis par Jérémy, d’ailleurs questions règlement, il était presque pire que les Wrists. Mais ça ne me dérangeait pas de lui obéir.

Je finis par lui parler de moi à force d’être questionné. Je lui ai parlé de ma vie, même de mon enquête dont je n’avais parlé à personne auparavant. Il tenta même de m’aider du mieux qu’il pouvait mais on était toujours bloqué par le manque de possibilités de renseignements auprès des Wrists. Finalement j’ai trouvé un jeu qu’il trouvait mignon et qui semblait lui faire plaisir : je l’embêtais, en venant me coller à lui souvent, en le dérangeant dans son travail, lui demandant de l’attention. Je m’étais renseigné sur comment faire plaisir à un homme en lisant des documents sur les chats de compagnies et la vie des couples du 21e siècle. Jérémy était heureux, et ça me satisfaisais donc.


Aujourd’hui Cassandra m’a offert un deuxième GEMINI, j’ai été particulièrement surpris par son acte de bienveillance alors que mon ‘’pétardgun’’ comme elle aime l’appeler avait toujours été la cible de ses moqueries incessantes. Elle m’annonça aussi que j’étais enfin prêt à sortir et que le lendemain je serais intégré à une équipe de reconnaissance pour une mission hors des murs. De plus elle me fournit avec ce GEMINI des charges additionnelles ainsi qu’un nouveau couteau de survie en céramique. Elle semblait à la fois inquiète et fière de moi.


Notre mission hors des murs consistait à répertorier sur une carte un maximum de repères potentiels pour des chimères sauvages. Les deux soldats à mes côtés n’étaient pas très bavards mais semblaient particulièrement expérimentés dans ce genre de mission dangereuse. Cependant l’expérience peut aussi jouer des tours et le manque d’attention de l’un d’entre eux allait nous coûter la vie. Voulant à tout prix suivre une chimère de type lézard il nous distança un peu trop et tomba au travers du toit d’une vieille bâtisse. La moitié de son corps était maintenant sous une grosse poutre en bois qui malgré l’âge était particulièrement lourde. Très vite on fut pris pour cibles, n’ayant pas eu le temps de le dégager on se retrouva face à deux chimères. La première était féline et avait déjà du sang sur son poil, quant à la deuxième, elle était un mélange entre une sorte de crocodile et d’oiseau de proie.
Bien entendu on n’était pas équipé pour affronter des chimères aussi puissantes, la fuite et la ruse étaient nos armes.  Mais au bout d’une demie heure de course effrénée et malgré quelques tentatives astucieuses de mon camarade pour les semer on était épuisés alors que les chimères semblaient tout près. Franchement les humains sont trop prévisibles… Lorsqu’ils sont confrontés à leur mort imminente, ils n’hésitent pas à tout sacrifier si ça peut leur permettre de survivre ne serait-ce que quelques minutes de plus. Malgré tout je n’ai pas vu venir son coup de crosse sur ma tempe. J’eus une courte absence, je parvenais enfin de nouveau à voir, flou certes, mais je pouvais voir ce mec en train de fuir en me laissant comme appât. Je n’avais aucune idée de là où se trouvaient les chimères désormais mais il me fallait agir vite. Je saignais et j’étais encore un peu sonné, rattraper l’autre gars semblait impossible dans mon état. Alors que je tentais de me trouver une cachette je suis tombé sur un corps décomposition d’une chimère qui a dû subir le même sort que le mien si je ne trouvais pas vite une cachette. Finalement je me suis décidé à ouvrir le corps de la créature à l’aide de mon couteau, une odeur extrêmement forte s’en dégagea, mais ce serait parfait. Enfin parfait c’était l’idée de base du plan, parce que se retrouver dans le corps d’une créature en état de décomposition pour éviter de se retrouver dans l’estomac d’une autre parfaitement vivante ce n’était pas si mal. Mais cette odeur allait finir par m’achever à ce rythme. Avant de ‘’rentrer dans mon abris’’, je jetais des morceaux de chair et d’organes aux endroits où je me trouvais pour tenter de brouiller au maximum la piste de son odeur. De plus sans le vouloir j’ai ouvert l’intestin de la bête et là l’odeur fut infâme, je parvins juste à creuser un petit trou dans la terre sèche et effritée de la région pour respirer de l’air à peine moins mêlée aux bactéries environnantes. Et puis le moment de rentrer arriva, tentant de se faire une place au milieu des entrailles et de tenter de trouver la position la plus confortable possible pour ne plus bouger.
Heureusement les chimères arrivèrent peu de temps après, au début elles semblaient suivre son odeur, mais dans la précipitation j’ai dû faire dépasser un bout de ma peau de mon uniforme parce que je sentais quelque de gluant touché celle-ci au bas du dos, cette sensation était extrêmement désagréable et je me retenais de toutes mes forces de ne pas vite l’enlever. D’autant plus que les chimères semblaient hésiter, mais très vite l’odeur des intestins qui durent les frapper plus fort encore que moi les mire en déroute. Ils suivirent alors la trace de mon ‘’collègue’’. J’attendis quelques minutes par précaution puis me dégagea le plus vite possible du corps pour me débarrasser d’un boyau qui courait le long de mon dos. J’empestais et ça allait être la source de mon salut. Alors que je commençais à me rediriger vers la porte d’entrée Nord de la ville quand j’entendis les hurlements de mon frère d’arme, enfin j’espère que c’était bien lui…
Cependant sur la route du retour j’entendis un groupe de chimères plutôt du genre gros lézard en train de dévorer leur repas. Piqué par la curiosité, et espérant ainsi que cela joue en ma faveur pour mon retour sans compagnons, je me mis à les observer. Par chance le vent semblait de mon côté, il camouflait mon odeur pestilentielle avec brio, lui qui autrefois était mon pire ennemi était sur le point de devenir mon meilleur allié…
J’ai pris plusieurs heures à écrire sur les quelques pages encore blanches de mon bloc note l’organisation de ce petit groupe de chimère qui semblait organisés comme une famille matriarcale. Je ne réécrirais pas l’ensemble de mes observations sur cette expérience mais elles furent très intéressantes et contrairement à ce qu’on pourrait penser, tout comme mon père le disait, les chimères semblaient bien plus humaines qu’on ne le laissait penser.  Quand ma soif s’intensifie et que ma gourde sèche depuis déjà plusieurs heures commença à me manquer terriblement, je me remis enfin en route pour arriver à la porte Nord. Heureusement pour moi un groupe d’éclaireurs Wrists sortait justement de celle-ci et je pu leur faire signe pour attirer leur attention. Seulement il s’avère que se présenter à eux avec la moitié d’un système digestif de chimère sur soi n’est pas franchement la meilleure idée que j’ai pu avoir…
Après quelques coups de feu, quand ils furent suffisamment près de moi je pu enfin crier mon nom et leur lancer mes plaques d’immatriculations. Après avoir retiré du mieux que je pu les restes de la créature. Quelle surprise se fut d’apercevoir Cassandra au milieu du groupe, elle semblait très inquiète pour moi. C’est à ce moment que je me dis que la chance avait été avec moi pour ne pas avoir pris de balles de son instructrice car son habilité au tir l’aurait tué à coup sûr.
A l’heure où j’écris ces lignes, je suis en train de patienter pour faire mon rapport, au final j’ai décidé de mentir sur l’attitude de son frère d’arme pour éviter des soupçons mal venus. De plus en y réfléchissant, je pense que j’étais à seulement quelques minutes de le laisser lui comme appât donc c’est de bonne guerre si je puis dire. Et puis je suis en vie et lui non donc on va dire tout c’est équilibré.


Je hais le nouvel an… Je haïs cette fête jusqu’au plus profond de mes entrailles. Ce soir je vais tuer… Je vais tuer jusqu’à ce que tous les salopards qui m’ont obligé à faire ça se noient dans leur sang…
Aujourd’hui, alors que j’étais de sortie avec Jérémy pour se balader tranquillement le long de ce qui était la grande avenue des Champs-Elysées, Jérémy me répétait sans cesse que sortir constamment armé ne servait à rien, je les avais donc cachés dans mon sac à dos. Cette terrible matinée où un groupe de katars se décida à faire exploser une bombe artisanale en plein Paris ?! Et bien elle explosa à une dizaine de mètres de nous deux, située juste devant une boutique de luxe… Même si l’explosion nous souffla juste, Jérémy prit un morceau de métal en pleine poitrine, le sang commençait déjà à se vider petit à petit… Il gisait à quelques pas de moi… Je rampais pour l’atteindre, il souriait encore cet imbécile… Il me souriait, tentant de me dire quelque chose, mais quoi ? Mes oreilles étaient sourdes suite à l’explosion je n’entendais qu’une sorte de long son ne s’arrêtant jamais. Je me rapprochais toujours plus mais je ne parvenais toujours pas à l’entendre ! Encore quelques centimètres et enfin je pourrais l’entendre. Sa main dans ma direction, je tendais moi aussi la mienne vers lui, presque prêt à l’attraper pour le protéger. Mais son sourire laissa échapper un peu de sang, il se força à sourire, et ce jusqu’au dernier moment… Alors que je parvins enfin à toucher ses doigts sa main lâcha prise, venant se reposer tout doucement sur le sol, Jérémy ferma les yeux toujours avec son sourire. Je me mis à pleurer, pleurer de rage… J’étais un peu moins engourdi désormais, je me mis à quatre pattes puis en tailleur, le prenant dans mes bras, je lui fis un dernier câlin… Je ne voulais pas qu’il parte, pas comme ça, pas sans que je ne puisse faire quoi que ce soit. Et puis ma colère monta… Encore, et encore, toujours plus, je me relevais déterminé, déterminé à faire souffrir ces pseudos « défenseurs de la liberté ». Ils étaient sûrement partis depuis longtemps maintenant…


Aujourd’hui c’est jour de fête. J’ai retrouvé les assassins de Jérémy, et autant dire qu’ils ne pourront plus jamais attenter à la vie de qui que ce soit… Aidés par une taupe ils étaient parvenus à faire rentrer en ville des explosifs. Leur QG se trouvait dans un vieil hôtel miteux du vieux Paris. Lorsque je fis une descente là-bas, je su parfaitement me montrer digne d’un invité de marque. Annonçant mon arrivé par une belle explosion à leur porche. Puis les enfumant avant de rentrer pour les tuer un par un… Les uns après les autres… Sans aucune pitié, sans aucuns mots, de la même manière qu’ils n’avaient laissés aucune chance à Jérémy… Lorsque j’atteins leur leader celui-ci était bien retranché. Il me fallut me faire passer pour mort en tirant quelques coups sur la porte puis en ne faisant plus aucuns bruits après leur réplique. Il fallut plus de dix minutes à ces lâches pour enfin ouvrir pour confirmer ma mort. Et ce fut enfin l’heure de la surprise…
J’étais enfin parvenu à venger Jérémy, mais en aucun cas cela me combla… Le plaisir éphémère de les voir mourir était partit aussi vite qu’il était venu. Heureusement cette vengeance allait m’apporter une deuxième satisfaction : celle d’être enfermé en prison…




Je suis enfin sorti de prison, il s’avère que la vengeance et mon instabilité ne sont pas de bons arguments… De plus en prison je fus mis en isolement dès le premier jour après avoir faillis tuer un prisonnier katar. D’un autre côté qu’elle idée de m’enfermer avec un katar qui défendait les idéaux des assassins de Jérémy ? Les humains sont-ils à ce point stupide ? Bon après il faut dire qu’à un contre cinq j’ai tout juste réussis à survivre le temps que les gardes interviennent…
L’isolement ne me déplaisait pas tant que ça, j’évitais ainsi d’autres problèmes et je pouvais réfléchir patiemment à la suite de mon plan. Au bout du compte, il fut heureusement admis que je n’avais pas faillis à mon devoir de Wrist en stoppant les katars armés du coin, mais le fait que je n’ai prévenu aucun supérieur et que je sois intervenu seul justifia les plusieurs mois de prison puis de mis à l’écart.


Aujourd’hui j’ai fais une découverte des plus intéressante, j’ai réussi à récupérer des données de mes parents sauvegardées dans un datacenter externe au calculateur quantique. L’info m’a été refilé par un groupe Katar il y a deux jours, les récupérer ne fut pas une mince à faire… J’ai par ailleurs fais une rencontre plutôt inattendue.
Pour accéder au datacenter, il me fallait parvenir jusqu’à un point d’accès en local puisqu’ils ne sont pas connectés à grand-chose hormis l’ordinateur quantique et j’estimais que cela serait bien trop imprudent de ma part pour le moment de le tenter. D’autant plus que l’info pouvait se révéler fausse. Pour cela on me conseilla d’aller voir une certaine Téa Mercier. Je pouvais la trouver dans un garage apparemment, bien entendu il était temps pour ArtZéro de passer à l’action…
Je me suis créé une identité et constitué une certaine réputation aussi bien chez les Katars que chez les Wrists. ArtZéro… Ce nom ne vous dit pas quelque chose ? Il s’agit en fait d’un groupe Tempius, celui que j’ai finis par faire disparaitre… Comment ? Et bien il s’avère qu’être les yeux et les oreilles des Wrists permet de me constituer une bonne quantité d’informations que les Katars seraient prêt à tout pour ne serait-ce qu’y goûter. Aussi je parviens donc à jouer avec mes pions afin de choisir quelle pièce je voudrais à la place ou encore à prévoir avec plusieurs coups d’avance les actions de mon ennemi… Ce qui fais que bien entendu se créer une position de choix au sein des Wrists en préméditant son propre attentat s’avère être un pari amplement raisonné. Aussi j’ai décidé de prendre leur nom, ArtZéro deviendra ainsi l’antagoniste du groupe originel et aura pour but inverse de protéger les Arts auquel je crois tant. Et puis il me servira aussi à parvenir à avancer dans mon enquête…
Pour ce qui est de son apparence, ArtZéro porte un masque blanc, la lettre A brisée sur le côté, je l’ai fabriqué à l’aide de papiers mâchés ainsi qu’une structure interne en aluminium pour la rigidité. Je recouvre mon corps de bandelettes que j’ai recouvert le plus aléatoirement possible de tâches de peinture. Pour ce qui est de me protéger, j’ai caché pas mal de couteaux de lancer entre certaines bandelettes, par contre je préfère ne pas garder mes GEMINI sur moi, on se douterait tout de suite de qui je peux être. Toujours est-il que je me baladais rarement avec cet accoutrement mais il me permettait d’interagir plus facilement avec les katars par exemple.


PS: Un immense merci à Téa pour le dessin qu'elle m'a fait que vous trouverez ici. Il faut savoir que Lindo est un personnage d'un projet de très grande envergure que j'ai et Téa m'en a fait un superbe dessin que j'ai ensuite peaufiné pour pouvoir l'intégrer à ma fiche. Dès que son DeviantArt sera créé je le linkerais bien sûr ;)

Enfin j’arrivais dans le quartier de cette Téa Mercier, les gens aux alentours ne se préoccupaient pas trop de mon apparence je ne m’en plaignais pas. Puis je finis par tomber sur le garage en question, dans un sale état d’ailleurs, d’un autre côté peu de sections de Paris peuvent se vanter d’avoir de beaux bâtiments flambant neufs. Cependant alors que je m’attendais à la voir manipuler des outils et réparer toute sorte de bric et de broc, elle semblait absente. J’entrais donc et puis commençait à observer son atelier avec attention quand soudain j’entendis un fracas derrière une porte. Je regardais par la serrure et je vis alors seulement le haut de la tête d’une femme qui semblait être en train de manger de la chair humaine, alors que sa victime tentait vainement de l’arrêter.
J’entrais donc, un couteau à la main prêt à en découdre quand je me rendis compte que la femme qui correspondait à la description de ma source était justement la contaminée… Autant dire que les négociations allaient être compliquées si elle savait que je suis un Wrist. Je pris donc sur moi, malgré le fait de patienter qu’elle ait terminé son ‘’repas’’ puis lâcha un « Hum.. ». Enfin Téa prit le temps d’observer l’inconnu que j’étais. Elle me dévisagea, et m’étudia de la tête au pied avant d’esquisser un sourire carnassier. Je semblais être à son goût…  S’en suivit une petite bagarre, au départ je ne voulais pas blesser mon informatrice mais comme elle manqua de peu de m’arracher mon masque je fus contraint de me défendre. Cependant sa vitesse remarquable lui permit de m’asséner une violente griffure sur mon masque qui lâcha une étincelle, le papier s’étant fait arraché, elle avait maintenant atteint la couche d’aluminium. Je parvins tout juste à esquiver un autre coup puis la plaqua au sol en se servant de son poids. La gardant plaquée au sol à quatre pattes sur elle. Après quelques minutes de plus de débattements, elle finit par se calmer et enfin se décida à agir plus comme une humaine. Elle commença par beaucoup de questions sur mon identité puis s’intéressa à mon véritable but de ma visite. Après lui avoir expliqué mon envie de récupérer des infos au Datacenter contre éventuellement la disparition « accidentelle » de son dossier d’enquête. Au départ le fait que je connaisse l’existence d’un tel dossier ne lui plaisait guère, mais elle savait pertinemment aussi que si les wrists l’a suspectaient déjà, ils ne tarderaient pas à découvrir la vérité…
Quand elle finit enfin par me demander quel serait le service en question les choses sérieuses purent enfin commencer. Le plan dans son idée générale était simple mais l’exécution serait une toute autre histoire…. Le but consistait à pénétrer dans la zone, venir se brancher sur un câble réseau pour éviter de passer par leurs ordinateurs. Une fois fais, Téa s’occuperait de garder un œil sur moi via les caméras le temps que je pirate les archives et enfin récupérer ce qui m’intéresse. Sachant que pour brouiller mes traces, je téléchargerais l’ensemble des données sur un vieux portable qui supprimera ensuite celles-ci à l’infini pour qu’ils ne sachent jamais quels dossiers j’ai récupéré.
Ensuite je sortirais de l’installation via les poubelles, même si le timing est très serré, je devrais parvenir à sortir en même temps que les éboueurs. Malgré tout Téa qui déjà n’avait pas bien envie de travailler avec moi sous la contrainte proposa qu’on utilise une troisième personne pour être certain que je puisse sortir du lieu et que je tienne ma promesse. Comme cela m’arrangeait aussi, on partit donc à la rencontre de cette troisième « personne » qui était encore une fois… Un infecté. Son nom était Nathan, je n’avais pas le droit d’en savoir plus pour le moment, d’ailleurs la rencontre fut mouvementé encore une fois puisque j’étais masqué. Heureusement Téa finit par le raisonner même si elle me dupa en me demandant que le dossier de Nathan soit lui aussi supprimé des archives en même temps qu’elle, ainsi que d’une couverture complète en cas de « bavures » pendant un an. Malgré que j’étais caché derrière mon masque, ma surprise fut apparemment remarquée puisque Téa étira un large sourire… Seulement ce n’était pas spécialement prévu ainsi, Téa je m’étais renseigné à son sujet et elle n’avait jamais fait l’objet d’une enquête, donc faire disparaitre un dossier inexistant n’était pas très compliqué, mais ce Nathan, je ne le connaissais pas et pour qu’elle demande explicitement qu’ils soient tout deux blanchis pour une période d’un an ne présageait rien de bon.
Cependant je ne pouvais pas me permettre de renoncer maintenant aussi près du but. La prison que j’avais fais m’avais justement servit en cet unique but : faire montre mon dossier de ma famille et moi jusque dans les datacenter pour les biens de l’enquête. Et ce dossier retournera aussitôt dans les archives lorsque l’enquête sera clos autrement dit c’était maintenant ou jamais.
J’acceptais leur offre en échange que je contrôle qui ils pourront tuer et manger, et que tant que tout se passerais bien, je les protégerais des Wrists. Ce qui ravit apparemment Nathan mais pas à Téa qui insista pour choisir son garde-manger. Je fus contrains d’accepter cela, même si je sentais que cela allait me causer quelques problèmes dans le futur…
Téa implémenta un micro-oreillette que j’avais récupéré au QG sur mon masque et curieusement ils respectèrent le fait de ne pas voir mon visage. Une fois fais, on passa à l’action, tout se déroula quasiment sans accros, le seul problème que j’eus fut une fois branché sur le réseau, les Wrists parvinrent à me couper après seulement 5 min. Heureusement j’avais déjà récupéré mon dossier et le système de téléchargement en parallèle avait fait son taff’, comme je n’écrivais rien sur la mémoire du téléphone, il pouvait ‘’télécharger’’ à une vitesse de lecture normale et ainsi simuler le téléchargement de 78,6% des données du complexe. De quoi occuper les Wrists pour un moment.
Nathan fit preuve d’une ponctualité sans égal, à la seconde près, ni en avance, ni en retard, réglé comme un métronome. Grâce aux observations de Téa je pu éviter l’ensemble de la sécurité du complexe et on se retrouva enfin dans son garage pour faire le débriefing. Bien entendu leurs récompenses allaient me coûter cher, et je devrais faire preuve de discrétion. Cependant cela en valait amplement le coup, puisque je détenais enfin l’ensemble de ma vie entre mes mains…


Archives : Lindo Aström par l’enquêteur,  le Capitaine Rodhörk

Quelle surprise se fut de tomber sur ce nom une nouvelle fois, celui qui m’avait sauvé avait enquêté sur l’affaire de mes parents, puis sur mes différentes ‘’bavures’’.
Archive Lindo Aström :

Né le 9 Mai 2983, il apprend à jouer du violon et aux échecs avec une facilité déconcertante.

Le 26 Avril 2991, alors que Lindo finit un concerto avec son violon, il tombe à la renverse, plus tard il lui sera diagnostiqué un cancer au cerveau.

18 Mai 2993 : Les parents du jeune garçon disparaissent mystérieusement, le pauvre est aussi condamné à mourir de sa maladie.

21 Décembre 2993 : Il parvint à vaincre totalement sa maladie, cependant des séquelles resteront tel qu’une perte de la mémoire partielle ainsi qu’une partie de ses émotions.

7 Janvier 2994 : Lindo intègre l’armée Wrist
Et ça continue ainsi en décrivant petit à petit chaque élément de ma vie. J’ai fais l’objet à plusieurs reprises d’instabilité émotionnelle. Mais curieusement rien n’apparaissait sur ma relation avec Jérémy, pourtant j’étais persuadé que ce n’était pas très caché.

Dans le reste des archives il y avait principalement des photos et d’autres informations quelconques sur mes parents mais étrangement rien sur leur travail… Ils avaient comme effacés cette partie de leur vie. Pourtant j’étais certains que mes parents faisaient des choses bien pour le peuple. Quelques anecdotes y était aussi inscrits comme le cadeau de mon casque par mon père quand j’étais à l’hôpital pour écouter de la musique sans gêner les autres malades. Mais rien sur la visite d’éventuels amis. Apparemment j’étais déjà seul à cette époque. J’avais de nouvelles informations comme la date précise de la disparition de mes parents mais ces archives que je me suis donné tant de mal à trouver s’avèreront parfaitement inutiles…
Seulement il y avait bien quelque chose et le fait qu’aucune information n’a été rajoutée depuis leur disparition prouve l’implication de l’état à cette affaire. Je suis bien déterminé à trouver des réponses, quittes à devoir taper plus haut dans la hiérarchie…




Corydalis
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 0:43

avatar
M E M B R E
Compétences : Très changeante
Bienvenuuuue ! Yeay, tu nous rejoins enfin !

Ton modèle de fiche est juste magnifique ! o_o
J'ai hâte de voir ce que tu vas nous faire comme histoire.
Bon courage pour la fin de ta fiche petit albinos informaticien ! =P

Nasdrovia ! ★
Lou Meister
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 10:45

avatar
S T A F F
Compétences : COMBAT
Bienvenue Indra, j'espère que tu plairas sur le forum ! J'attends la suite de la fiche avec impatience. Hâte de connaître ce jeune padawan !

••••••••••••••••••••••••

Lou x Armen

Nathan De Camara
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 13:17

avatar
M E M B R E
Compétences : VOL | COMBAT| TATOUAGE | MUSIQUE
Pour être chercheur analyste, me semble que faut avoir 20 ans :3
/sort très loin/

J'aime ton image pour ta fiche *_*
Excité

*lance ses paillettes de bienvenue*

Bon courage pour la suiteee :)
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 13:33

avatar
Invité
Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuue!!!! Ta fiche de présentation est magnifique je suis presque jalouse!!!!^^ ;P
Sinon, on a les mêmes références d'avatars apparemment (hi hi hi!!^^) J'avais fait un prédéfini qui n'est pas encore installé et qui a ce visage. Mais ne t'en fais pas, je vais changer!! priorité aux nouveaux venus ;P. En tous cas, j'espère que tu vas bien t'amuser parmi nous!!! ;) A bientôôôôôt!!
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 13:49

avatar
Invité
Isaac Asimov, Yuumei, Code Geass, je t'aime, je veux un lien , épouse moi on a déjà un ménage à trois avec Opa gang bang style et Gontran, Joli ton toshop, Je veux la suite et euh ... Bienvenue ! (ceciétaitunbombardementd'informations)
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 13:54

avatar
Invité
Ha ha ha!!!!^^ je vois que Téa t'as déjà agressé!!!!! XD
Nathan De Camara
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 14:04

avatar
M E M B R E
Compétences : VOL | COMBAT| TATOUAGE | MUSIQUE
Owiii, un ménage à 4, rejoins nouuuus \o/
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 14:11

avatar
Invité
Viens, viens, on est bien, on est déjà trois, à quatre c'est encore mieuuuuuuux !!!! *sort*


Au fait, arrêtez de m'appeler opa Gang Bang styyyyyle!!!! XD VOUS ALLEZ LUI FAIRE PEUR
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 14:40

avatar
Invité
Krkrkr on est entrain de pourrir ta présa pardon. Mais y'a beaucoup d'amour en nous. Et puis ... on sait faire plein de choses. Plein. Tout plein. /POUTRE/ (Onpeutmêmet'aideràcacheruncorpssibesoin 'w' )
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 14:48

avatar
Invité
Ne t'en fais pas. Elle a l'air folle comme ça mais en vrai elle est gentille. Hein ma Téa? Oui elle est gentille ma Téa. *sort*
Nathan De Camara
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 14:51

avatar
M E M B R E
Compétences : VOL | COMBAT| TATOUAGE | MUSIQUE
Spoiler:
 

*sort*

Bande de floodeuses! :O
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 14:53

avatar
Invité
On t'aiiiiiiiime Naaaaaaath!!! <3
*sort*
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 15:01

avatar
Invité
Muehe:
 

Voilà. Maintenant je me casse sinon je vais enterrer mon cas.
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 15:02

avatar
Invité
Oh mon dieu. XD Ouais t'en n'es plus à aggraver là. Tu es au stade supérieur. XD
Lindo
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 16:23

avatar
NON-JOUEUR
Compétences : Maussade
Oulà ^^ Que du beau monde ^^

Merci à tous déjà pour votre accueil :p
Alors je vais tenter de répondre à tout le monde:

Mici Cory et Loulou :p

Nathan: Yep mais il est dans son année des 20 ans en fait, vu qu'on est vers janvier/février et qu'il est né en Mai m'enfin dans le pire des cas je le changerais s'il faut ^^.

Opaline: Ah mince je savais pas, c'est gentil en tout cas ^^, je m'imaginais pas trop devoir refaire tout ça avec un autre perso MDR. Merci ;)

Téa: xD, why not :p Merci encore pour les compliments ^^

Vous en faites pas c'est pas grave ^^, ça fait plaisir de voir du monde ^^.

Nathan: OH ENOORME l'image xD, ahah faudra que je l'a ressorte à l'occase MDR.

Téa: Ah ah ^^ sympa aussi, j'aime bien ce perso, l'artiste en a fait tellement de dessins cools.
Nathan De Camara
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 16:30

avatar
M E M B R E
Compétences : VOL | COMBAT| TATOUAGE | MUSIQUE
Bwahahaha, on lui a pas fait peur \o/
No soucy pour l'image, ressort là :P
*hâte de voir l'occasion où Lindo va la ressortir cela dit Excité *

Pour l'âge, faudra voir avec Lou héhé Et voir si tu commences juste ton boulot de chercheur ou si tu as déjà de ptites années d'expérience :)
(Comment ça j'essaye de vieillir Lindo pour que son âge corresponde à celui de Nath' :O /TRAIN/)

*sort très loin*

(Vu que tu es Wirst et que mon perso est un ancien Wirst en cavale, je veux un lien au passage :3 )
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 16:33

avatar
Invité
Te laisse pas entourlouper par Gontran. Tu es à moi. Voilà. Ps: J'ai souvent tendance à utiliser Robin Soloviev moi ;)
Nathan De Camara
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 16:38

avatar
M E M B R E
Compétences : VOL | COMBAT| TATOUAGE | MUSIQUE
Genre j'entourloupe les gens !! :O

*baillone Téa è_é *
Lindo
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 16:48

avatar
NON-JOUEUR
Compétences : Maussade
Je propose d'organiser une joute ! Et celui qui gagnera aura le droit à ça:

Spoiler:
 

Nan je rigole, ses petites fesses sont pas encore prêtes à être donner ;p
Nathan De Camara
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 16:54

avatar
M E M B R E
Compétences : VOL | COMBAT| TATOUAGE | MUSIQUE
Ahah

*attrape Lindo par le short et le traîne jusqu'à la Chat Box*

j'aime ton avatar au fait ^^
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 18:06

avatar
Invité
Bon, je vais faire vachement plus sobre que les autres zigotos, mais bienvenue sur le forum =)

Vivement que tu postes l'histoire, je suis bien curieuse de lire les aventures de ce jeune ^^
Invité
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 18:08

avatar
Invité
Arrêtez d'entourlouper tout le monde vous deux!!!!^^
Sera
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 20:18

avatar
M E M B R E
Compétences : Voler-Combat au sabre
Je veux un lien entre toi et mon dc Cassandra!!!!!
Drack
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro" Dim 28 Fév 2016 - 20:19

avatar
S T A F F
Compétences : Gangtérisme
Bien le bonjours parmis les fous

P.S: jadore ta fiche

P.P.S : Cassandra veux un lien avec toi...un lien de type oser

••••••••••••••••••••••••

Cicatrices visible:
 


Drack vous arrache le bras en #009900
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lindo, "ArtZéro"

Lindo, "ArtZéro"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Hors-RPG
 :: Archives :: Archives des fiches :: Présentations
-
Sauter vers: