Recevez 100 points dès votre inscription en incarnant un TEMPIUS ou un ANDROÏDE !

Partagez|

Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
MessageSujet: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 1:17

avatar
Invité
OPALINE PUYHABILIER





Identité

▬ NOM : Puyhabilier
▬ PRÉNOM : Opaline
▬ SURNOM : Aline ou Line, mais seuls ses amis les plus proches ont le droit d'employer ce surnom.
▬ SEXE : féminin
▬ ÂGE : 19 ans
▬ DATE DE NAISSANCE : 01 mai 2981
▬ ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle
▬ ORIGINES : française
▬ LANGUES PARLÉES : (en plus du français) anglais
▬ GROUPE SANGUIN : o+




Rôle

▬ CLASSE : Citoyenne
▬ STATUT : SAINE
▬ RANG : ACTIVE
▬ MÉTIER : chanteuse, danseuse et actrice.
▬ ARMES : elle pense fortement à investir.



Personnage



▬ QUALITÉS : sensible - intelligente - persévérante
▬ DÉFAUTS : têtue - possède une forte tendance à foncer tête baissée - parfois irritable

▬ COULEUR DE CHEVEUX : [x] Blond [] Châtains clairs  [] Châtains foncés [] Bruns [] Coloration [] Autre
▬ LONGUEUR DE CHEVEUX : [] Courts  [] Mi-Longs [x] Longs
▬ TYPE DE CHEVEUX : [] Bouclés [] Ondulés  [x] Lisses [] Crépus [] Perruque
▬ YEUX : [x] Bleus [] Gris  [] Verts [] Marrons [] Lentille de contact colorées [] Autre


▬ TAILLE : [] Très petite [] Petite  [] Moyenne [x] Grande: 1m70 [] Très grande
▬ CORPULENCE : [] Équilibrée [] Menue [x] Mince  [] Maigre [] Grosse [x] Élancée [] Musclée [] Costaud [] Autre

▬ VÊTEMENTS : Opaline est fan de mode. Elle adore la couleurs et les matières légères et fluides. Elle apprécie tout particulièrement les robes, jupes, shorts, tops et blouses, surtout ceux que l'on porte au printemps/été. Néanmoins, en hiver, elle ne crache pas sur un gros pull, un pantalon, des bottes et un manteau. Elle est coquette, se maquille et porte des bijoux. Elle raffole des chaussures, et en plus de cela, voue un culte à ses tenues de scène et ses tutus de danse.




▬ PÈRE / MÈRE : Son père était Jean Puyhabilier, et sa mère, Alice Puyhabilier, née de Mestre. Ils étaient tous les deux des artistes très connus à Paris, stars de la musique, et ont été tués alors qu'ils visitaient un musée.
▬ FRÈRE(S) / SŒUR(S) : Si elle en a, elle n'est pas au courant.
▬ ANIMAL DE COMPAGNIE : Une chienne, une akita au pelage blanc et roux nommée Aster.
▬ LIEU DE RÉSIDENCE ACTUEL : un très grand loft dans le quartier des loisirs
▬ FORTUNE : [x] Riche [] Plutôt riche [] Normal [] Plutôt pauvre [] Pauvre


▬HISTOIRE :
J’avais peur. Je n’aurais pas dû venir ici. Je le savais pourtant ! On ne se balade pas seule dans les bas-fonds de Paris lorsqu’on est une citoyenne saine. Qu’est-ce qui m’avait pris d’accepter de faire ça putain ? Mary, ma meilleure amie, était folle. Elle faisait ce trajet tous les jours. Tu parles… Tout ça pour apporter ses malheureuses œuvres d’art (bon ok, elle est douée, mais quand même !!) à un collectionneur timbré qui s’était établi ici, au milieu des cannibales. Sûrement qu’il en était un, lui aussi. Je grognai de frustration pour la centième fois. Je me sentais tellement conne ! J’entendais encore la voix de mon amie. « Tu verras, ne t’en fais pas. Ce n’est pas dangereux à l’heure à laquelle je m’y rends. Et il ne s’agit pas d’entrer vraiment dans les bas-fonds, mais d’aller à leur frontière. Jim, le collectionneur, t’y attendra. Tu lui remettras les œuvres, et lui te payera. C’est aussi simple que ça ! ». C’est ça ouais. C’était sans compter mon sens de l’orientation tout à fait merdique. Je m’étais perdue en revenant de chez ce cher Jim. Soi-disant que les toiles étaient trop lourdes pour ses vieux bras, il fallait que je les amène chez lui. Le goujat ne m’avait pas raccompagnée… Et voilà le résultat. Je m’étais enfoncée dans les ruelles sombres et désertes. Félicitations, Opaline. Tu n’as que 19 ans, et tu vas mourir.

Mourir… Comme mes parents quelques années plus tôt. De la même façon qu’eux. Ils étaient si jeunes, lors du drame. Ils avaient 40 ans, ils étaient beaux et pleins de vie. Ils faisaient des projets, et avaient beaucoup d’espoir pour l’avenir de notre planète et de notre ville. Ils étaient simples citoyens, mais soutenaient sans condition les Ölokoges, dans l’espoir de reconstruire un monde meilleur. Un monde qui ressemblerait à celui qui existait avant tout ça. Avant la guerre, et la destruction... Il y avait déjà trois ans qu’ils avaient disparu. Qu’ils avaient cessé de chanter dans tous les théâtres que nous serions bientôt de nouveau heureux. Chanter… C’était tout ce qu’ils aimaient, et c’était ce qu’ils m’avaient transmis. « Lorsque l’on veut dire quelque chose, il y a des centaines de façon de le faire, et elles sont toutes différentes », m’avait un jour appris mon père, alors que je m’étais disputée avec une amie, et que je ne savais pas comment lui parler. « Si tu n’arrives pas à le lui dire, chante-le », m’avait-il conseillé. Alors, à la fête de l’école, j’étais montée sur la scène, la peur au ventre. J’avais six ans, mais je m’en souviens comme si c’était hier. C’était ma première année d’apprentissage, et je ne pourrais jamais l’oublier. Car, depuis ce jour, je n’avais plus jamais arrêté de chanter. Je m’étais même mise à la danse. Je venais d’obtenir mon diplôme de fin d’enseignement secondaire lorsque l’un des capitaines Wrists était venu m’annoncer que mes parents ne rentreraient jamais. Ils avaient été attaqués et tués par un citoyen contaminé… Cet homme était notre voisin de palier depuis deux bonnes années. Il était parfaitement intégré, poli, et serviable. On lui disait bonjour tous les matins, et il nous souriait. Et pourtant… Depuis, je ne faisais plus confiance à personne et je détestais les malades. Si je n’avais pas voulu perpétuer le message d’espoir et d’humanité que délivraient mes parents à ceux qui voulaient bien les écouter, je serais moi aussi devenue une Wrist. Et d’ailleurs, maintenant, en cet instant précis, je regrettais de ne pas l’avoir fait. Si je m’en sortais vivante, je jure que je passerais le permis de port d’armes. Je m’étais toujours refusé à faire ça, me disant que c’était contraire à mes valeurs. Mais cette fois…

A bout de souffle, je jetai un regard éperdu derrière moi. Il se rapprochait. Je voyais sa silhouette sombre grandir à mesure que la distance entre nous s’amenuisait. Pourquoi je ne courrais pas plus vite ?! Je tentai d’accélérer, mais de seconde en seconde, je sentais mes forces m’abandonner. Mes jambes semblaient coulées dans du plomb, et ma gorge me brûlait atrocement. L’air était fait d’acide et rien que le fait de le laisser pénétrer mes poumons me donnait envie de hurler. Et puis j’avais si froid… L’hiver était glacial cette année encore. Mes membres étaient engourdis, et mes yeux pleuraient à cause du vent. Je ne voyais rien, d’autant que la nuit commençait à tomber, en ce mois de février 3000, et que rien n’éclairait cette partie de la ville, à l’abandon. Je regardai autour de moi, complètement perdue, et affolée. Il n’y avait pas un chat. Pas une âme qui vive. Rien. Rien, mis à part moi… Et le monstre assoiffé de sang qui me poursuivait sans relâche depuis une bonne dizaine de minutes. Je l’avais croisé alors que je tentais désespérément de retrouver mon chemin. A la seconde où je l’avais vu, j’avais su ce qu’il était. Et j’avais détalé, mon instinct de survie me hurlant de fuir. Mais le virus qui rendait leurs porteurs si agressifs renforçait malheureusement également la plupart de leurs capacités physiques, ce qui faisait de nous, pauvres humains normaux, des proies faciles. Ils courraient plus vite et sur de plus longues distances. Leur odorat était plus développé, leur vue et leur ouïe également. Sans compter leur force supérieure... En somme, ils étaient bien plus résistants que nous. Et l’un d’entre eux avait décidé de faire de moi son prochain repas.

Il y avait longtemps que j’avais perdu mes repères. J’étais à présent entrée dans le quartier abandonné, et je commençais sérieusement à me demander si je ne devais pas m’arrêter, lui faire face, et lui demander de faire vite, plutôt que de continuer à courir, gagnant ainsi quelques secondes, voir minutes, de vie supplémentaires, et totalement inutiles. Au final, le résultat serait le même. Mais quelque chose en moi refusait d’abandonner. Je ne pouvais pas, c’était impossible. J’aimais trop la vie pour ça. Un instant, je pensai au grand loft dont j’avais hérité de mes parents, en plein cœur du quartier des loisirs. « Nous resterons ainsi toujours proches des salles de concert », chuchota la voix de ma mère à ma mémoire. « C’est ici que vit Paris. C’est le cœur de la fête qui réchauffe l’âme de ses habitants. N’oublie jamais que ce que tu fais rend les gens heureux, même si ce n’est que pour quelques minutes. » Une larme roula sur ma joue, mais elle n’était pas due au vent glacial qui fouettait mes joues rougies par l’effort. Les pas de l’homme résonnaient derrière moi, de plus en plus fort. Je gémis de terreur. Je bifurquai brusquement sur ma droite, empruntant une rue plus étroite et encombrée de débris que la précédente. Mauvaise idée. C’était un cul de sac. Désorientée, incapable de réfléchir, je tournai la tête à droite, puis à gauche. J’étais prise au piège. Et soudain, alors que je reculais doucement, dans le noir, de plus en plus près du mur crasseux et devant lequel  s’amoncelaient les détritus, je m’aperçus que le silence était absolu. Même le claquement des semelles des chaussures de mon poursuivant résonnant  sur les pavés humides et froids de la capitale s’était tu. Seule ma respiration haletante et désordonnée, entraînant avec elle, à chaque expiration, un nuage de condensation, troublait la paix factice et lourde de menace de cet endroit sombre et reclus. Un sentiment d’angoisse profonde, glaçante, monta en moi, et m’étreignit douloureusement la poitrine. Je fis encore un pas en arrière, et rencontrai un obstacle. Je ne pourrais pas aller plus loin. Et, comme dans les films d’horreur des années 2000, je vis, dans un premier rayon lunaire, grandir l’ombre de l’homme. Si tenté que l’on puisse appeler ça un homme. Elle annonçait sa funeste présence avant même que mes yeux, écarquillés par la terreur, puissent le voir. Et, soudain, il fut là. Il avait la tête baissée, et ses cheveux dorés étaient éclairés par la lumière aux éclats d’argent de la lune. Le désespoir m’envahit. C’était une nuit si calme… On voyait même les étoiles. Et dire que je n’aurais pas l’occasion d’en vivre une autre comme celle-là. Je reportai mon attention sur le garçon. Il était jeune, peut-être la vingtaine. Durant quelques secondes qui me parurent durer une éternité, il resta de profil, immobile, le regard rivé au sol, comme s’il attendait quelque chose. Il portait une veste de cuir noire et ouverte, probablement sur un pull ou un T-shirt quelconque, et un jean sombre, tout ce qu’il y avait de plus simple. Il ne se rendait donc pas compte qu’il ne faisait pas plus de deux degrés ?!
Je le regardai encore quelques secondes, indécise, puis, n’y tenant plus, au comble de la panique, je hurlai :

-QU’EST-CE QUE TU VEUX, HEIN ?! QU’EST-CE QUE TU ATTENDS !? VIENS ! TUE-MOI, QU’ON EN FINISSE !

Lentement, il tourna la tête vers moi, et ses prunelles émeraude rencontrèrent les miennes, pour s’y accrocher. Je fus comme frappée par ce regard, empli de colère, de haine, du désir ardent de mort, mais, plus que tout, d’une infinie tristesse. Comme si, silencieusement, il m’appelait à l’aide, enfermé dans ce corps qui réclamait ma chair et mon sang. Comme si son humanité pleurait et se tordait de douleur. Ma respiration se bloqua dans ma gorge, et je fus incapable de faire le moindre mouvement. Bientôt, son corps suivi le mouvement de sa tête, et il s’engagea dans la ruelle, à pas mesurés. La panique me submergea, et je reculai dans un renfoncement de mur, sur ma droite, avant d’être totalement acculée. Mon sang ne fit qu’un tour, et je levai les yeux sur le sommet de la montagne de gravats. Elle atteignait presque le haut de la muraille. Ni une ni deux, je commençai à escalader le monticule. Mais les pierres étaient glissantes et je dérapai avant de basculer en arrière. La chute me parut longue comme une éternité le devrait. Et lorsque je heurtai le sol, la douleur m’envahit le corps et souffla l’air qui se trouvait dans mes poumons. La dernière chose que je vis avant de sombrer dans l’inconscience fut l’émeraude d’un regard empli d’une infinie tristesse.

-Ça ne fera pas mal, n’est-ce pas ? chuchotai-je dans un sourire.

Et les ténèbres m’engloutirent.

Ne vous inquiétez pas, elle n'est pas plus morte que moi, sinon ça ne servirait à rien!!^^ Elle n'est pas non plus contaminée. Comme quoi, l'âme humaine recèle bien des secrets...



Détails

▬ AMBITION(S) DANS LA VIE : Elle souhaite prouver son propre talent et accéder au sommet sans profiter de la notoriété de ses parents.
▬ SES RÊVES : Elle voudrait que les barrières qui encerclent Paris tombent. A l'instar de tant d'autres, elle est persuadée qu'à l'extérieur, il y a d'autres gens.
▬ MEILLEUR SOUVENIR : Son seizième anniversaire. Pour sa majorité, ses parents lui avaient organisé une fête avec tous ses mais, ainsi que son petit ami de l'époque que pourtant son père n'appréciait pas, et ils lui avaient offert Aster, qui n'était qu'un chiot de quelques semaines.
▬ MAUVAIS SOUVENIR : Le jour où elle a appris la mort de ses parents. Qu'est-ce qui pourrait bien être pire que d'être réveillée à 6h00 du matin par la police, qui vous annoncer la découverte des corps à demi dévorés de vos parents, au milieu de dizaines d'autres? Rien, assurément. Et tous les "Je suis désolé" du monde ne sauraient vous faire oublier votre peine.
▬ SES PEURS : Opaline est claustrophobe, et est terrorisée par les araignées.
▬ PARTICULARITÉS : Elle porte toujours autour de son cou le médaillon de sa mère. Elle a un tatouage sur les côtes, écrit à la manière d'une dactylographie: "Strengh", en souvenir de ses parents, et un autre à l'intérieur de l'avant-bras, graphique et formé par des triangles qui s'entremêlent. Celui-là n'a aucune signification, il est juste là pour faire beau.
▬ PERMIS D'ARMES : Pas encore,mais depuis quelques temps, elle y songe très sérieusement.



Opinions

▬ CE QU'IL PENSE DU DC-01 : Elle exècre le virus.
▬ CE QU'IL PENSE DE L’ÉTAT PARISIEN : Lorsqu'on lui en parle elle reste vague, mais, au fond, elle est persuadée que l'état floue ses habitants. Elle s'en méfie: pour elle, on ne leur dit pas tout.
▬ CE QU'IL PENSE DE PARIS : Pour elle la ville ne fait que mettre un voile sur ce qu'elle est vraiment: un dépotoir géant. Une grande partie est abandonnée, et les bas-fonds sont le théâtre des pires horreurs.
▬ CE QU'IL PENSE DES WRISTS : Elle les trouve utiles, mais un peu trop autoritaires.
▬ CE QU'IL PENSE DES CHIMÈRES : Elle plaint ces gens mis au banc de la société alors qu'ils ne sont en rien responsables de ce qu'ils sont.
▬ CE QU'IL PENSE DES KATARS : Elle les trouve plutôt inutiles, et ne comprend pas leur présence. Pour elle, ils sont un peu des empêcheurs de tourner en rond car, bien qu'ils soient rebelles, ils agissent peu.
▬ CE QU'IL PENSE DES TEMPIUS : Ce sont des illuminés dont elle ne comprend pas les codes, un peu marginaux bien qu'influents.
▬ CE QU'IL PENSE DES ÖLOKOGES : Elle admire leur travail, leur force de conviction, et pense qu'ils redonnent de l'espoir.



IRL

▬ TON SURNOM/PRÉNOM : Pour le forum je serai Argantaël.  Coeur
▬ TON ÂGE : 21 ans. Ça c'est vrai! ^^
▬ TA COULEUR PRÉFÉRÉE : Le rose ou le bleu, ça dépend des jours.  Heh!
▬ TON LIVRE PRÉFÉRÉ : Mon dieu heureusement que cette catégorie n'est pas obligatoire parce qu'on passerait la nuit, la liste pourrait bien faire plusieurs kilomètres de long...  Heh!  Coeur sur toi  Meeeh
▬ TON(A) FILM/SÉRIE PRÉFÉRÉ(E) : Ma première fois, incontestablement. Film absolument magnifique.  Love2 Par contre ma série préférée... Je l'assume pas.  Panda
▬ COMMENT AS-TU DÉCOUVERT DC-01 ? J'ai une amie tarée (en fait c'est même ma meilleure amie hi hi hi!!, avec laquelle je suis mariée  Love  Coeur  Love2  qui fait du rp depuis longtemps, et qui s'était mis en tête de m'initier. On ne le faisait que par mp Facebook jusque là, mais il n'y a pas longtemps elle a proposé un forum. J'ai dit oui, et elle a cherché sur internet un forum post apo. Désolée, mais c'est tombé sur vous!!!  Coeur
▬ PERSO. ILLUSTRATEUR DE TON AVATAR : avvart de deviantart. Le perso s'appelle Lily.
▬ UN COMMENTAIRE PARTICULIER ? Ouaip, je suis mariée!! A ma Téa Mercier d'amouuuuuuuuur ^^ à part ça... Je suis folle, ça compte?  Mouton arc-en-ciel
▬ CODE PRÉSENTATION : CODE VALIDE - LOU'PE Trop drôle!!^^
Corydalis
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 1:56

avatar
M E M B R E
Compétences : Très changeante
Yeay ! Une madame-chanteuse-artiste-folle ! Bienvenue ! =D
Je te souhaite plein d'amusement et de poooommes sur Dc-01 ! O.O

Je bois à ta santé ! Vodka !
... Ah non j'ai p'us le droit... Jus de pommes ! =D

Bon courage pour ta validation ! ^-^
Drack
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 2:27

avatar
S T A F F
Compétences : Gangtérisme
Bienvenu parmis nous^^ et ne ten fais pas Sera aussi cetais son premier forum a son arrivé^^ et oui Cory jus de pomme

••••••••••••••••••••••••

Cicatrices visible:
 


Drack vous arrache le bras en #009900
Aurélie Dupas
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 4:16

avatar
S T A F F
Compétences : Entraide
Bienvenue à toi!
J'espère que tu t'amuseras bien sur DC-01, surtout que c'est le premier forum RP sur lequel tu t'inscris

Bonne chance pour la validation!

••••••••••••••••••••••••


Bloupbloup en bluesteel
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 16:10

avatar
Invité
Merci les gars vous êtes trop cools!!! :) ça fait trop pmaosr d'être accueillie comme ça!!!

Je sens que je vais bien me plaire moi ici... ;) *pense à innonder le forum de rp si sa fiche est validée* <3

Bisous licornes!!! :*
Armen E. Castel
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 18:16

avatar
M E M B R E
Compétences : Hum... Concentrée
Que tu sois folle ? Noooon, t'inquiète va 8D
En tous cas, bienvenue ! \o/ :unevictimepotentiellepournotremédecinpréféré?**/PAN:
En tous cas, amuse-toi bien par ici ! 8D (mais je vois que tu y es bien décidée alors ça va hahaha 8D)
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 18:21

avatar
Invité
Merciiiiii c'est gentiiil!!!^^
une victime? Pourquoiiiiii?? ^^ (ouais ça fait beaucoup de "i" faut que j'arrête même dans ma tête c'est strident.^^)
Armen E. Castel
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 18:24

avatar
M E M B R E
Compétences : Hum... Concentrée
Hahaha va voir la fiche d'Aaron *se pend*
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 18:25

avatar
Invité
Je vais voir. ^^
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 18:31

avatar
Invité
MDR t'as raison, je vais me méfier!!!! XD je veux pas qu'elle meure moi!!!!!!!^^
Armen E. Castel
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 18:33

avatar
M E M B R E
Compétences : Hum... Concentrée
Hahaha t'inquiète, on peut pas tuer les persos des autres joueurs sans leur accord x'DD
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 18:42

avatar
Invité
Oui je sais Téa m'avait expliqué! !!!!^^ mais ça me faisait rire de dire ça. XD
Armen E. Castel
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 18:45

avatar
M E M B R E
Compétences : Hum... Concentrée
Haha enfin, personnellement, je suis ouverte à toutes propositions 8D /PAN
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 18:49

avatar
Invité
Tu veux mourir!??? C'est pas une proposition ça!!!!^^
Armen E. Castel
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 18:51

avatar
M E M B R E
Compétences : Hum... Concentrée
Nan, si toi, tu décides de mourir ! x'DD
Nathan De Camara
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 19:26

avatar
M E M B R E
Compétences : VOL | COMBAT| TATOUAGE | MUSIQUE
Bienviendu Madame la Mariée !

*jette des fleurs sur Opaline*

...
*fuis*
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 19:37

avatar
Invité
Merci c'est gentil mais.... Je suis pas réellement mariée!!!! XD c'est pour rire et en plus mon mari est pour l'échangisme apparemment! !! Connasse de Téa Mercier... <3
Nathan De Camara
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 20:19

avatar
M E M B R E
Compétences : VOL | COMBAT| TATOUAGE | MUSIQUE
Je rigolais aussi °°

*sors vraiment loin ;__; *
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 20:21

avatar
Invité
XD t'inquiète pas, on reste gentilles malgré tout!!!!^^
Drack
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 21:03

avatar
S T A F F
Compétences : Gangtérisme
Échangiste!! Vous vivez où?

*Cours rejoindre Nathan au loins*

••••••••••••••••••••••••

Cicatrices visible:
 


Drack vous arrache le bras en #009900
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 21:09

avatar
Invité
Vraiment ravie de rencontrer tes arrière arrière arrière arrière... grands parents. XD XD
Concernant le club d'échangisme, c'est pas moi qu'il faut contacter mais Téa. Moi, j'étais pas au courant, qu'on était échangistes!!! XD
Nathan De Camara
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 21:09

avatar
M E M B R E
Compétences : VOL | COMBAT| TATOUAGE | MUSIQUE
*pousse Drack*

- C'est elles les échangistes hein, pas moi ! :O

*sort plus loin et arrête de polluer la fiche d'Opaline xD *
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 21:13

avatar
Invité
Oh ça va, on va pas en faire un drame!! XD XD c'est pas comme si on faisait du naturisme ou qu'on se prostituait non plus... quoique. Heh!
Invité
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 21:13

avatar
Invité
ouais c'est vrai ça, ne polluez pas ma fiche!!^^ après ils vont avoir peur de moi et ils ne vont pas m'accepter. ^^
Drack
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre. Lun 15 Fév 2016 - 21:49

avatar
S T A F F
Compétences : Gangtérisme
...Adeline membre du staff est prostituer sur le fofo

••••••••••••••••••••••••

Cicatrices visible:
 


Drack vous arrache le bras en #009900
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre.

Opaline Puyhabilier - Le vert d'un regard, et le monde s'effondre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Hors-RPG
 :: Archives :: Archives des fiches :: Présentations
-
Sauter vers: